This content is not available in your region

France : le Comité scientifique laisse place à un conseil au champ d'application plus large

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Emmanuel Macron à Paris, Palais de l'Elysée, le 11 janvier 2022
Emmanuel Macron à Paris, Palais de l'Elysée, le 11 janvier 2022   -   Tous droits réservés  Francois Mori/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

En France, le Conseil scientifique tire sa révérence ce dimanche. Il avait été créé en mars 2020 pour conseiller l'exécutif face à la pandémie de Covid-19.

Dans un entretien au journal le Parisien son président, Jean-François Delfraissy a confessé qu’il n’aurait jamais cru que la crise du Covid « durerait aussi longtemps ».

Des regrets

Celui qui est également président du Comité consultatif national d'éthique part avec deux regrets : avoir été trop rigide avec les maisons de retraite, laissant des personnes âgées mourir d'ennui et de solitude. Le fait d'avoir fait passé "la santé avant tout, au détriment, peut-être, d'une forme d'humanité" le suivra "tout au long de sa vie" a-t-il confié au quotidien.

Son second regret est de n'avoir pas pris les décision avec les citoyens, une critique récurrente pendant la crise.

"On aurait pu, par exemple, interroger les parents sur la réouverture des écoles" regrette-t-il.

Un nouveau comité englobant les risques sanitaires et environnementaux

Ce conseil est remplacé par un "comité de veille et d'anticipation des risques" créé par un décret paru dans le Journal officiel de dimanche.

Composé de 19 membres nommés pour deux an renouvelable une fois, il sera chargé d'une veille sur "les risques sanitaires liés aux agents infectieux atteignant l'homme et l'animal, aux polluants environnementaux et alimentaires, et au changement climatique", et devra notamment "émettre des recommandations lorsqu'une projection fait apparaître un risque sanitaire". 

Ce comité sera présidé par une personnalité qualifiée, désignée par les ministres de la Santé et de la Recherche, et composé de "16 personnalités scientifiques ou professionnels de santé, d'un représentant des patients, d'un représentant des citoyens". 

"En cas de crise sanitaire", son président pourra "proposer de faire appel à des personnalités supplémentaires pour leurs expertises spécifiques".

Interrogé mercredi sur franceinfo, le ministre de la santé François Braun a déclaré que cet organe serait "un peu une équipe commando de scientifiques de très haut niveau". Ses missions dépasseront le Covid, a-t-il souligné.

"On aura de nouveaux outils, mais on sera surpris par un nouveau virus qui aura d'autres propriétés", a jugé Jean-François Delfraissy. Avec "des spécialistes de santé humaine, animale, de l'environnement", le comité permettra "une approche plus large", a-t-il ajouté.