This content is not available in your region

Voitures électriques : l'UE s'inquiète du crédit d'impôt prévu aux États-Unis

Access to the comments Discussion
Par Euronews & AFP
euronews_icons_loading
Un groupe de voitures Tesla devant des stations de recharge chez un concessionnaire de Littleton, dans le Colorado (USA) -  Août 2020.
Un groupe de voitures Tesla devant des stations de recharge chez un concessionnaire de Littleton, dans le Colorado (USA) - Août 2020.   -   Tous droits réservés  David Zalubowski/ The Associated Press

Les États-Unis s'apprêtent à accorder un crédit d'impôt allant jusqu'à 7.500 dollars pour l'achat d'une voiture électrique. La condition : qu'elle provienne qu'une usine américaine. L'Union européenne s'inquiète pour l'avenir de ses constructeurs.

L'idée ne plaît pas du tout à l'Union européenne. Après 18 mois de négociation, le Sénat américain a approuvé dimanche dernier un projet de loi sur l'énergie propre et le climat. Il prévoit notamment un crédit d'impôt allant jusqu'à 7 500 dollars pour l'achat d'une voiture électrique de fabrication américaine.

Alors que les Vingt-Sept investissent massivement dans la production de batteries électriques, Bruxelles dénonce une mesure "discriminatoire pour les constructeurs européens".

"L'UE est extrêmement préoccupée par ce projet de loi touchant aux échanges commerciaux transatlantiques. Nous pensons qu'il est discriminatoire pour les constructeurs étrangers par rapport aux constructeurs américains", a souligné une porte-parole de la Commission européenne, Miriam Garcia Ferrer.

Un projet de loi "trop restrictif" ?

De son côté, l'Alliance pour l'innovation automobile, groupement de constructeurs américains et étrangers représentant près de la totalité des voitures vendues aux États-Unis, trouve le projet de loi trop restrictif. Selon son PDG, John Bozzella, environ 70% des modèles de véhicules électriques actuellement vendus aux États-Unis ne seraient pas éligibles au crédit d'impôt.

Il a exhorté Washington à élargir les critères pour l'origine des composants de batterie afin d'"inclure des pays de production qui ont des accords de défense collective avec les États-Unis, comme les membres de l'OTAN, le Japon et d'autres".

La loi doit encore être voté par la Chambre des représentants aux Etats-Unis.