This content is not available in your region

Crise au Kosovo : les ambassadeurs américain et européen rencontrent le président serbe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
euronews_icons_loading
Le président serbe Aleksandar Vucic, à droite, s'entretient avec l'envoyé de l'Union européenne Miroslav Lajcak à Belgrade (Serbie), jeudi 25 août 2022.
Le président serbe Aleksandar Vucic, à droite, s'entretient avec l'envoyé de l'Union européenne Miroslav Lajcak à Belgrade (Serbie), jeudi 25 août 2022.   -   Tous droits réservés  Serbian Presidential Press Service via AP

Washington et Bruxelles intensifient leurs efforts diplomatiques pour résoudre la crise au Kosovo. Après s'être entretenus avec le Premier ministre kosovar mercredi, les émissaires américain et européen, Gabriel Escobar et Miroslav Lajcak, se sont rendus dans le nord du pays ce jeudi pour rencontrer des représentants de la minorité serbe, avant de se diriger vers Belgrade pour discuter avec le président serbe Aleksandar Vucic.

"Les bonnes options sont celles qui préservent la paix et une atmosphère normale sur le terrain. Il ne s'agit pas de gagnants et de perdants, il s'agit vraiment des gens qui vivent ici", a déclaré à l'issue de la rencontre Miroslav Lajcak, sans donner plus de précisions. 

"Une réunion difficile et longue vient d'avoir lieu avec le président Vucic", a pour sa part déclaré Gabriel Escobar sur le compte Twitter de l'ambassade des États-Unis. "Nous apprécions l'engagement du président en faveur de la paix et de la stabilité". Miroslav Lajcak a qualifié la discussion de "difficile mais responsable". 

La région connait un regain de tension depuis près d'un mois, après les annonces du gouvernement kosovar sur la mise en place de nouvelles règles à la frontière serbe. Elles prévoient que toute personne entrant au Kosovo avec une carte d’identité serbe dispose d’un document temporaire pendant son séjour dans le pays... Pristina avait aussi donné 2 mois aux Serbes pour remplacer leurs plaques d’immatriculation par des plaques kosovar - de simples mesures de réciprocité selon les autorités du Kosovo.

Ces annonces ont provoqué la fureur des Serbes du Kosovo qui ont bloqué les routes du nord du pays fin juillet et ont tiré des coups de feu en l'air. Face à cette contestation, le Kosovo a reporté la mise en œuvre de la décision au 1er septembre.

L'incident a alimenté les craintes de nouveaux troubles dans les Balkans, contexte d'incertitudes causées par la guerre en Ukraine et les liens étroits entre la Russie et la Serbie. Belgrade ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance du Kosovo de 2008, et considère toujours le territoire comme le sien.