Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le cercueil de la Reine Elizabeth II exposé au Palais de Westminster

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le cercueil de la reine Elizabeth II dans le Palais de Westminster
Le cercueil de la reine Elizabeth II dans le Palais de Westminster   -   Tous droits réservés  Phil Noble/WPA Rota

Après une émouvante procession menée par ses enfants à pied, le cercueil de la reine Elizabeth II est arrivé mercredi à Westminster, où le public peut désormais lui rendre un ultime hommage jusqu'à ses funérailles lundi.

Une procession grandiose s'est déroulé mercredi au centre de Londres devant des dizaines de milliers de spectateurs pour acheminer le cercueil de la reine du palais de Buckingham, où il est arrivé d'Ecosse mardi, au palais de Westminster où elle reposera à Westminster Hall jusqu'au matin des obsèques.

Posé sur un affût de canon de la Royal Horse Artillery, suivi par le roi en uniforme et les trois autres enfants de la reine, ainsi que les princes William et Harry, le cercueil est recouvert de l'étendard royal. Sur celui-ci reposent la couronne impériale d'apparat posée sur un coussin de velours, et une couronne de fleurs, dont des roses et dahlias blancs et des feuillages issus des domaines royaux de Balmoral et Windsor.

Des centaines de milliers de personnes sont attendues pour se recueillir au Palais de Westminster et la file d'attente devrait serpenter sur plusieurs kilomètres. Les autorités ont demandé au public de se "vêtir de manière appropriée pour rendre hommage" à la souveraine décédée jeudi dernier à 96 ans, et prévenu que l'attente pourrait durer des heures, voire la nuit entière.

Le public ne pourra apporter à l'intérieur qu'un petit sac. Aucune nourriture ou boisson autre qu'une bouteille d'eau, transparente et vide, ne sera acceptée aux contrôles de sécurité semblables à ceux des aéroports. Ni glacière, ni chaises pliantes ou sacs de couchage, ni animal, à l'exception des chiens guidant les mal voyants ou mal entendants.

AFP