Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Du rose pâle au rouge profond : découvrez les rosés d'Espagne

Par Nichola Daunton
Le rosé espagnol se décline dans toutes les nuances de rose
Le rosé espagnol se décline dans toutes les nuances de rose   -   Tous droits réservés  ICEX/Juan Manuel Sanz

Le rosé espagnol, également connu sous le nom de "rosado", est l'un des vins les plus variées du pays. Se déclinant dans de nombreuses nuances de rose, de rouge et de "pelure d'oignon" à la mode, vous trouverez en Espagne des rosés légers à déguster lors d'une chaude journée d'été, ainsi que des rosés plus profonds et plus complexes qui se marient parfaitement avec toute une série de délicieux plats espagnols.

Bien que le rosé ne soit pas aussi populaire en Espagne que ses frères et sœurs rouges, plus foncés, et blancs, plus clairs, de nombreux viticulteurs en produisent, avec un marché d'exportation en plein essor au Canada, aux États-Unis, en Suisse et dans d'autres parties de l'Europe.

"Les rosés ne sont pas aussi populaires en Espagne qu'ailleurs", dit Esther Pinuaga, une viticultrice de la cave biologique Bodegas Pinuaga à Tolède.

"Je pense que c'est parce que, traditionnellement, ils étaient considérés comme des vins de moindre qualité... mais c'est assez triste parce que nous avons des façons vraiment intéressantes et différentes de faire du rosé en Espagne."

En conséquence, Mme Pinguaga exporte environ 98 % du rosé qu'elle produit, ce qu'elle espère voir changer dans les années à venir.

Luke Darracott et Roque Madrid de Madrid & Darracott, un caviste de la capitale espagnole, sont d'accord.

"L'Espagne est d'abord un pays de vins rouges, puis de vins blancs, puis de vins mousseux. En dehors des mois chauds, le rosé ne s'envole pas des étagères", disent-ils, ajoutant que "la consommation de rosé est en augmentation."

Malgré l'hésitation du marché, il existe une longue tradition de production de rosé en Espagne, de Majorque à la Catalogne. Cependant, il y a quelques régions qui se distinguent, selon Darracott et Madrid.

Selon eux, les régions les plus réputées et historiquement connues sont Navarre, Cigales, Rioja et Leon.

Bien que des variations de style existent à travers le pays, il y a généralement trois méthodes de production différentes.

Pressurage directe

"Lorsque vous récoltez les raisins rouges, vous les pressez directement, donc vous ne les faites pas macérer avec les peaux. Cela signifie que vous obtenez un vin de couleur très, très claire", explique Mme Pinuaga.

Cette méthode de pressurage direct permet d'obtenir des vins pâles de couleur "pelure d'oignon", qui sont excellents en apéritif lors des journées chaudes et estivales et peuvent être servis avec des fromages très légers, comme le Gomero, un fromage de chèvre crémeux des îles Canaries.

© ICEX/Fernando Madariaga
Le fromage de chèvre s'accorde toujours bien avec le vin rosé.© ICEX/Fernando Madariaga

En raison de la rapidité d'exécution de la méthode de pressage direct, ces rosés sont moins expressifs et ont un arôme plus léger. Bien que les rosés pâles, comme ceux produits dans le style provençal, soient à la mode en ce moment, Mme Pinguaga affirme que les consommateurs "ne doivent pas avoir peur de la couleur".

"Il existe des cépages espagnols avec des grains de raisin présentant beaucoup plus de nuances de couleur. Cela signifie que les bons rosés locaux élaborés selon la méthode de saignée ont tendance à être plus foncés, mais cela ne signifie pas qu'ils sont sucrés."

Qu'est-ce que la méthode de la saignée dite "sangrado" en espagnol ?

La méthode de la saignée

Esther Pinuaga se sert de la méthode de la saignée pour créer ses vins, avec deux cépages qui sont largement utilisés pour créer des rosés espagnols, le Tempranillo et le Garnacha.

Bien que Darracott et Madrid suggèrent que n'importe quel raisin rouge peut se prêter à l'élaboration de rosé, du Mencía, léger comme le Pinot Noir, au Monastrell, gros et gouleyant, ils affirment que "les superstars en Espagne sont indéniablement le Garnacha et le Tempranillo".

© ICEX/Juan Manuel Sanz
Grappes de raisin Garnacha dans une vieille vigne à Secantilla, caves Viñas del Vero, appellation d'origine Somontano (Huesca, Aragon).© ICEX/Juan Manuel Sanz

Pour créer son rosé, Mme Pinuaga explique que son équipe laisse les deux variétés reposer avec la peau pendant environ six heures. Ensuite, dit-elle, "nous les retirons de la peau et ils fermentent sans la peau".

Cette méthode permet de créer des rosés avec plus de "structure, d'intensité et de volume", ajoute-t-elle.

Des vins qui se prêtent mieux à être servis avec des plats comme le poisson, le fromage et le classique ragoût de lentilles espagnol, le Lentejas. "Les vins rosés s'accordent également avec la plupart des plats de pâtes", affirment Darracott et Madrid.

En raison du temps de macération plus long, ces vins sont susceptibles d'avoir une couleur plus riche et plus profonde. Ils sont traditionnellement produits dans la région de Navarre, dans le nord de l'Espagne.

Vins "Clarete"

Une autre méthode de production du vin rosé, établie de longue date, est appelée "clarete". Il s'agit de laisser les raisins rouges et blancs reposer ensemble et d'avoir un contact avec la peau : "Comme il y a une forte proportion de blanc, ils ont une couleur plus claire", explique Mme Pinuaga.

Cigales, une petite commune proche de Ribera del Duero, est réputée pour sa production de "clarete", et ses rosés sont réputés plus intenses et plus structurés.

Darracott et Madrid suggèrent qu'en raison de leur "fraîcheur en bouche et de leur acidité", les vins rosés "clarete" peuvent presque tout accompagner.

Ils disent que cela inclut tout "les aliments pour le barbecue comme les viandes grillées, les légumes et les hamburgers (avec les sauces sucrées-salées qui les accompagnent). Mais aussi les salades et le poisson, surtout cuit sur le gril ou dans des sauces rouges".

Et avec une variété de vins rosés produits dans toute l'Espagne, il y a différentes possibilités de mettre à l'épreuve différents accords alimentaires.