EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Allemagne limoge son chef de la cybersécurité, soupçonné de liens avec la Russie

Arne Schönbohm lors d'une conférence sur les presse à Bonn, Allemagne, le lundi 8 août 2022.
Arne Schönbohm lors d'une conférence sur les presse à Bonn, Allemagne, le lundi 8 août 2022. Tous droits réservés Rolf Vennenbernd/dpa via AP
Tous droits réservés Rolf Vennenbernd/dpa via AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des médias allemands avaient révélé sa proximité avec une association de conseil en cybersécurité, soupçonnée de contacts avec des services de renseignement russes.

PUBLICITÉ

Arne Schönbohm était relativement peu connu du grand public, mais ce mardi, il est sur toutes les lèvres en Allemagne. Chef de l'agence allemande de cybersécurité, il a été démis de ses fonctions avec effet immédiat pour ses liens présumés avec la Russie.

Un examen de ces allégations est en cours selon la ministre de l'Intérieur, qui n'a fourni que très peu de détails. 

"Il y a quelques semaines, j'ai présenté un plan sur la cybersécurité et j'ai indiqué - notamment en raison de la menace de guerre russe en Ukraine- à quel point nous sommes vulnérables - que nous devons tout faire pour faire face à cette menace. C'est pourquoi ce plan fait l'objet d'une attention particulière, et toutes les autres mesures nécessaires sont actuellement à l'étude. À mon avis, il n'y a rien de plus à dire sur le sujet", s'est contenté d'annoncé la ministre Nancy Fraeser.

Arne Schönbohm était sur la sellette depuis le 10 octobre. Des médias allemands avaient alors révélé sa proximité avec une association de conseil en cybersécurité baptisée « Cyber-Sicherheitsrat Deutschland », elle-même soupçonnée de contacts avec des services de renseignement russes.

Basée à Berlin, l'association conseille les entreprises, agences gouvernementales et responsables politiques sur les questions de cybersécurité. Ses membres ont qualifié "d'absurde" les suspicions d'influence russe.

Ce limogeage intervient après plusieurs actes de sabotage, pour lequel certains ont évoqué la piste russe, notamment, un sabotage ferroviaire de grande ampleur effectué le 8 octobre dernier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Allemagne : la ministre de la défense sous pression après une vidéo de vœux "ratée"

Des Ukrainiens formés au Royaume-Uni avant de rejoindre le champ de bataille

Accusations d'espionnage à l'Otan : accréditation retirée à huit membres de la mission russe