Ukraine : la Russie commence l'évacuation de Kherson le long du fleuve Dniepr

La ville de Kherson et la rivière Dniepr, vue aérienne. 20 mai 2022
La ville de Kherson et la rivière Dniepr, vue aérienne. 20 mai 2022 Tous droits réservés ANDREY BORODULIN/AFP
Par Margaux Racaniere avec Afp
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En tout 10 000 personnes par jour devraient être évacuées de l'autre côté du fleuve.

PUBLICITÉ

En Ukraine, les évacuations de civils ont commencé dans la région de Kherson.
Ces déplacements de population devraient concerner 50 à 60 000 personnes dans les prochains jours, d'après le chef de l'administration d'occupation locale. Ces évacuations feraient suite à des frappes ukrainiennes sur des infrastructures énergétiques de Kherson.

Des images réalisées par le média pro-kremlin Izvestia (Известия) montrent des files d'habitants en train évacuées sur les berges du fleuve Dniepr. La correspondante sur place explique qu'une partie d'entre eux a été transportée par bateau et que des équipes spéciales avec des chiens sont en train de vérifier la présence d'armes ou d'explosifs. Sur l'autre rive, des bus seraient en train d'aller chercher des habitants pour les évacuer.

Les abonnés des réseaux mobiles locaux auraient reçu des sms pour les inciter à évacuer avant "des bombardements de l'armée ukrainienne", d'après l''agence russe Ria-Novosti.

Citant un autre responsable prorusse, Evguéni Melnikov, elle ajoute que les personnes évacuées pourront se rendre en Russie.

Une information confirmée par le chef de l'administration d'occupation locale, Vladimir Saldo sur son canal Telegram : "Pour les résidents de la région qui décident de s'installer dans les régions de Russie, le gouvernement russe fournira des certificats de logement. Ceci a été spécifiquement annoncé par le vice-Premier ministre Marat Khusnullin. Le relogement et l'hébergement temporaire des habitants des municipalités de Beryslavskiy, Bilozerskiy, Snigirevskiy et Aleksandrovskiy seront assurés gratuitement par le ministère des situations d'urgence de la Fédération de Russie et le gouvernement de la région de Kherson."

"Il est prévu d'évacuer 50 000 à 60 000 personnes vers la rive gauche du Dniepr", avait-il précisé sur la chaîne Telegram pro-kremlin "Soloviov Live" et cité par les agences de presse russes. 

"L'entrée de civils dans la région de Kherson sera fermée pour sept jours, affirme le gouvrneur de la région Volodymyr Saldo." rapporte l'agence de presse russe Tass.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe RTR, le commandant des forces armées russes en Ukraine Sergei Surovikin a confirmé que la situation à Kherson était "très difficile". "La Russie va assurer le transport déjà annoncé de la population dans le cadre du programme de relocalisation préparé par le gouvernement russe", a-t-il affirmé ce mardi.

Pourquoi la Russie évacue-t-elle les habitants de la région de Kherson ?

Capitale de la région du même nom occupée par la Russie depuis le printemps et annexée en septembre, la ville est actuellement visée par des frappes ukrainiennes sur ses "infrastructures sociales, économiques et industrielles", d'après le le général russe Sergueï Sourovikine. Ces bombardements entraîneraient des perturbations dans l'approvisionnement en électricité, eau et nourriture et représenteraient une "menace directe pour la vie des habitants".

Le chef de l'administration d'occupation locale, Vladimir Saldo, évoque quant à lui, un risque d'inondation des territoires en cas de destruction du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya, au nord-est de Kherson sur la Dniepr.

Des "fausses informations" lancées par la Russie pour "essayer de faire peur" aux habitants de Kherson, a dénoncé le chef de cabinet de la présidence ukrainienne Andrii Iermak, tout en estimant que "ce spectacle de propagande [...] ne fonctionnera pas".

Poutine instaure la loi martiale

L'armée russe, qui a reconnu une situation "tendue" face à la contre-offensive de Kiev, doit désormais défendre tant bien que mal la région de Kershon et les autres territoires annexés. 

Vladimir Poutine a pris une décision forte ce mercredi en instaurant la loi martiale : "Avant de rejoindre la Fédération de Russie, la République populaire de Donetsk, la République populaire de Louhansk et les régions de Kherson et de Zaporizhzhia vivaient de facto sous la loi martiale. Il ne reste donc plus qu 'à officialiser cette situation conformément à la législation russe. C'est pourquoi j'ai signé un décret introduisant la loi martiale dans ces 4 entités de la Fédération de Russie. Je vais immédiatement l'envoyer à la chambre haute du Parlement pour approbation."

Par ailleurs, la Russie poursuit sa campagne de bombardements sur plusieurs villes ukrainiennes, notamment la capitale Kyiv où plusieurs explosions ont été entendues en début d'après-midi. Le maire de la capitale a annoncé la destruction de "plusieurs missiles russes" par la défense anti-aérienne.

Selon Kyiv, la campagne de bombardements russes a détruit 30% des centrales électriques ukrainiennes depuis le 10 octobre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

À Bakhmut sur la ligne de front ukrainienne, les secouristes travaillent sous les bombes

Ukraine : l'AEIA alerte sur le danger d'un "accident nucléaire"

Guerre en Ukraine : Kyiv demande de nouvelles armes et munitions à ses alliés occidentaux