Bosnie : Milorad Dodik confirmé à la présidence de l'entité serbe

Le nationaliste prorusse Milorad Dodik devant ses partisans - 25.10.2022
Le nationaliste prorusse Milorad Dodik devant ses partisans - 25.10.2022 Tous droits réservés Armin Durgut/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🗳️ La Commission électorale a tranché, C'est bien le nationaliste Milorad Dodik qui prend la tête de l'entité serbe de Bosnie. Les résultats des élections étaient contestés par son opposante, la candidate du Parti du Progrès Démocratique, Jelena Trivić.

PUBLICITÉ

Cette fois c'est officiel, le nationaliste prorusse Milorad Dodik prend la présidence de la République serbe de Bosnie. Sa victoire a été confirmée ce jeudi par la Commission électorale (CIK) avec un recomptage des voix, demandé par l'opposition qui l'accusait de fraude.

Dès le lendemain du scrutin, les partis de l'opposition en RS, qui avaient dans un premier temps proclamé la victoire de leur candidate Jelena Trivic, avaient crié à la "fraude".

Ils accusaient Milorad Dodik et son parti de "pillage organisé des élections", des affirmations rejetées en bloc par l'intéressé qui se déclarait vainqueur du scrutin.

Milorad Dodik, qui domine depuis plus de 15 ans la scène politique des Serbes de Bosnie, est frappé par des sanctions américaines et britanniques après avoir multiplié ces derniers mois les menaces séparatistes, qualifiant la Bosnie de pays "impossible".

Quelques heures avant l'annonce de la CIK, l'ambassade des Etats-Unis en Bosnie a adressé une mise en garde à peine voilée à Milorad Dodik.

"Toute action visant à la dissolution de la Bosnie-Herzégovine violerait (l'accord de paix de) Dayton et entraînerait de graves conséquences", a tweeté l'ambassade.

Les "intérêts de laRepublika Srpska" d'abord

Milorad Dodik avait rassemblé mardi soir plusieurs dizaines de milliers de ses partisans à Banja Luka, le chef-lieu de l'entité serbe en Bosnie, une démonstration de force dans la perspective d'une éventuelle annulation du scrutin.

Ce colosse de 63 ans a assuré qu'il ne partirait "nulle part" et qu'il serait "très prochainement au palais présidentiel".

Il accuse l'opposition de "trahison" de la Republika Srpska et aussi les Occidentaux, et notamment "l'ambassade britannique" en Bosnie, de s'être "mêlés" du processus électoral.

Peu après l'annonce de la Commission électorale, Milorad Dodik a déclaré à la presse que "les intérêts de la RS" seraient "son objectif prioritaire".

Il a dans le même temps appelé "à la stabilité et à la paix, à la coopération et la compréhension. Nous aurons besoin de beaucoup de savoir-faire pour pouvoir comprendre, tous ensemble (...), les temps difficiles qui arrivent".

Un des chefs de l'opposition, Branislav Borenovic, a annoncé un recours en justice contre la décision de la CIK. "Prendre une telle décision, c'est fermer les yeux face au pillage électoral évident. Si on en reste là (...), ça veut dire que nous vivons une époque sombre pour la démocratie (...) et que la corruption est le seul vainqueur des élections", a dit M. Borenovic, cité par la chaîne de télévision BNTV.

Milorad Dodik, le représentant serbe sortant de la présidence collégiale tripartite de la Bosnie, n'a cessé pendant ses quatre années de mandat de s'en prendre à un "pays raté" qui lui inspire le "mépris".

Les principaux partis ethno-nationalistes serbes (orthodoxes), bosniaques (musulmans) et croates (catholiques), dont le SNSD de Milorad Dodik, sont quant à eux sortis vainqueurs des élections législatives.

Le scrutin a aussi été marqué par la défaite dans la course à la présidence collégiale de Bakir Izetbegovic, le chef du principal parti nationaliste bosniaque (SDA) et fils du premier président de la Bosnie indépendante, Alija Izetbegovic. Le parti, en revanche, est arrivé en tête des autres scrutins. 

La Bosnie est régie depuis la fin de la guerre inter communautaire en 1995 par un système politique complexe, divisé en deux entités.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bosnie-Herzégovine : regain de tensions entre Banja Luka et Sarajevo

La Bosnie-Herzégovine fait un pas de plus vers l’Union européenne

Élections générales en Bosnie : Milorad Dodik déclaré vainqueur dans l'entité serbe