COP27 : Emmanuel Macron veut protéger les grands fonds marins

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Le président français Emmanuel Macron à la COP27, à Charm el-Cheikh, en Egypte, le lundi 7 novembre 2022.
Le président français Emmanuel Macron à la COP27, à Charm el-Cheikh, en Egypte, le lundi 7 novembre 2022.   -   Tous droits réservés  Ludovic Marin/AP

Le président français Emmanuel Macron a plaidé lundi à la COP27 en Egypte pour une "interdiction de toute exploitation des grands fonds marins".

"Les océans doivent être ce qu'a été, au fond, l'espace, il y a quelques années : c'est une nouvelle frontière pour la coopération et le multilatéralisme", a-t-il déclaré à la tribune du sommet de l'ONU pour le climat à Charm el-Cheikh.

La France, "au rendez-vous de ses engagements", "soutient l'interdiction de toute exploitation des grands fonds marins", a-t-il ajouté. "J'assume cette position, et la porterai dans les enceintes internationales."

En juin, le chef de l'Etat français avait déjà défendu, lors de la conférence des Nations unies pour les océans, l'élaboration d'un "cadre légal pour mettre un coup d'arrêt à l'exploitation minière des fonds en haute mer et ne pas autoriser de nouvelles activités qui mettraient en danger les écosystèmes océaniques".

Le président Macron a aussi promis la mise en place de "programme de préservation positive" pour protéger les "écosystèmes critiques, les forêts anciennes, les tourbières, les mangroves ou les zones humides".

"Nous devons donc urgemment reconnaître à ces écosystèmes un statut particulier et proposer aux États qui les abritent des contrats politiques et financiers pour les aider à les préserver", a-t-il dit, précisant que le Gabon, la Colombie et les Philippines avaient "adhéré" à cette démarche lors d'une rencontre lundi à la COP27.

"Nous nous retrouverons à Libreville début 2023 pour adopter des plans d'actions très concrets lors d'un One Forest Summit" co-organisé avec son homologue gabonais Ali Bongo, a ajouté le président français.

Le climat au centre des débats

Du côté de l'ONG WWF, présente en Egypte, on se réjouit de voir que le climat est au centre des discussions.

"Le changement climatique est le plus grand problème auquel nous sommes confrontés en ce moment, estime l'un des responsables Stephen Cornelius. Il y a actuellement des crises sur la biodiversité, sur l'énergie sur l'alimentation. Nous assistons à des catastrophes généralisées qui se produisent en raison du changement climatique. Donc avoir les dirigeants mondiaux qui s’impliquent est vraiment important".

Les interventions des chefs d'État et de gouvernement marquent le lancement politique de la COP27. Chaque dirigeant utilise cette tribune pour souligner l'urgence d'une action mondiale coordonnée et surtout solidaire.

Mais derrière les paroles, les pays les plus menacés par la crise climatique attendent davantage des actes. Ces appels seront répétés lors de la deuxième journée du sommet des dirigeants, avant de laisser la place aux négociateurs qui tenteront de mettre en œuvre ces engagements.