États-Unis : McCarthy encore rejeté pour la présidence de la Chambre des représentants

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
L'élu républicain Kevin McCarthy au siège du Congrès, à Washington, le 04/01/2023
L'élu républicain Kevin McCarthy au siège du Congrès, à Washington, le 04/01/2023   -   Tous droits réservés  Alex Brandon/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Les républicains de la Chambre des représentants ont traversé une longue deuxième journée de scrutin infructueuse mercredi, sans parvenir à élire leur chef de file.

Pourtant, McCarthy ne baissait pas les bras, même après que l’échec des quatrième, cinquième et sixième votes et sa tentative d’annulation d’une session de nuit. Même cette dernière a été controversée, puisque la Chambre a voté par 216 voix contre 214 - au milieu des cris et de la foule - l'ajournement.

"Pas encore d'accord", a déclaré McCarthy peu avant cela, alors qu'il quittait une longue réunion à huis clos, à l'heure du dîner, avec les principaux opposants et ses propres alliés. "Mais beaucoup de progrès."

Ne voyant aucune issue rapide à l'impasse politique, les républicains ont voté brusquement en fin de journée pour ajourner la séance pendant quelques heures, alors qu'ils cherchaient désespérément une issue au chaos qu'ils avaient eux-mêmes créé. Ils devaient revenir dans la soirée, mais McCarthy voulait faire une pause jusqu'à jeudi.

"Je pense que les gens ont besoin de travailler un peu plus", a déclaré McCarthy. "Je ne pense pas qu'un vote ce soir ferait une quelconque différence. Mais un vote à l'avenir pourrait le faire".

McCarthy, le républicain californien, a juré de se battre jusqu'au bout pour le poste de speaker malgré le spectacle éreintant, sans équivalent dans les temps modernes, qui a jeté la nouvelle majorité dans le tumulte pour les premiers jours du nouveau Congrès. Des discussions animées ont éclaté sur le parquet de la chambre et dans des réunions serrées dans tout le Capitole entre les partisans et les détracteurs de McCarthy.

"C'est le jour de la marmotte", a déclaré la représentante républicaine Kat Cammack, en proposant la candidature de McCarthy au sixième tour de scrutin. "À tous les Américains qui nous regardent en ce moment, nous vous entendons. Et nous allons nous en sortir, même si c'est difficile". Mais les conservateurs de droite, menés par le Freedom Caucus et alignés sur Donald Trump, ont semblé enhardis par l'impasse - bien que Trump ait publiquement soutenu McCarthy.

Aucun autre travail ne pouvait être effectué - prestation de serment des nouveaux membres de la Chambre, formation des commissions, examen des lois, enquête sur l'administration Biden - avant l'élection du président.

Au fil des heures, la dynamique n'a pas été différente de celle du premier jour, puisque les démocrates ont reconduit leur leader, le représentant Hakeem Jeffries, au poste de président de la Chambre.

Le début désorganisé du nouveau Congrès laisse présager des difficultés pour les républicains qui contrôlent désormais la Chambre, de la même manière que certains présidents républicains précédents, dont John Boehner, ont eu du mal à diriger un flanc droit rebelle et se sont heurtés à une litanie de difficultés.

Le président démocrate Joe Biden, quittant la Maison Blanche pour un événement bipartisan dans le Kentucky avec le leader du GOP du Sénat Mitch McConnell, a déclaré que "le reste du monde regarde" la scène qui se déroule à la Chambre. "Je pense simplement que c'est vraiment embarrassant que cela prenne autant de temps", a déclaré M. Biden. "Je n'ai aucune idée" de qui l'emportera.

Le camp républicain profondément divisé

Les tensions se sont exacerbées au sein de la nouvelle majorité de la Chambre, alors que les promesses de campagne d'un leadership compétent n'ont pas abouti. Jamais depuis 1923, l'élection d'un président n'avait donné lieu à plusieurs tours de scrutin. La lutte la plus longue et la plus épuisante pour le marteau a commencé à la fin de 1855 et s'est prolongée pendant deux mois, avec 133 bulletins de vote, pendant les débats sur l'esclavage à l'approche de la guerre civile.

Une nouvelle génération de républicains conservateurs, dont beaucoup sont alignés sur le programme "Make America Great Again" de Trump, veut bouleverser les habitudes de Washington et s'est engagée à stopper l'ascension de McCarthy sans concession à leurs priorités.

Mais même les plus fervents partisans de Trump ne sont pas d'accord sur cette question. La représentante Lauren Boebert, une ferme conservatrice du Colorado qui a nommé Donalds la deuxième fois, a appelé l'ancien président à dire à McCarthy : "Monsieur, vous n'avez pas les votes et il est temps de vous retirer."

Plus tôt mercredi, Trump avait fait le contraire, exhortant les républicains à voter pour McCarthy. "Concluez l'affaire, prenez la victoire", a-t-il écrit sur son site de médias sociaux, en utilisant toutes les majuscules. "Ne transformez pas un grand triomphe en une défaite géante et embarrassante". Alors que le spectacle s'éternisait, les partisans de McCarthy ont imploré les récalcitrants de se ranger du côté du républicain californien.

L'impasse concernant McCarthy s'est développée depuis que les républicains ont remporté la majorité à la Chambre des représentants lors des élections de mi-mandat, désireux de mettre fin aux deux dernières années de contrôle de Washington par les démocrates. Le groupe conservateur Freedom Caucus a pris la tête de l'opposition à McCarthy, estimant qu'il n'est ni assez conservateur ni assez dur pour affronter les démocrates.

Pour gagner du soutien, McCarthy a déjà accepté de nombreuses demandes des membres du Freedom Caucus, qui ont réclamé des changements de règles et d'autres concessions pour donner plus d'influence aux membres de base.

Et un groupe de campagne aligné sur McCarthy, le Conservative Leadership Fund, a fait une autre concession en déclarant qu'il ne dépenserait plus d'argent pour des élections "dans des primaires ouvertes dans des districts républicains sûrs". Les législateurs d'extrême droite se sont plaints que leurs candidats préférés pour la Chambre étaient traités de manière injuste, le fonds de campagne ayant placé ses ressources ailleurs.

Mais les opposants à McCarthy n'ont pas tous les mêmes griefs, et il pourrait ne jamais être en mesure d'en convaincre certains. "Je suis prêt à voter toute la nuit, toute la semaine, tout le mois et jamais pour cette personne", a déclaré le représentant républicain Matt Gaetz.

Une opposition aussi farouche a fait écho à la précédente candidature de McCarthy pour le poste, lorsqu'il a abandonné la course à la présidence en 2015 parce qu'il ne pouvait pas gagner les conservateurs.

Les démocrates ont nommé et renommé avec enthousiasme leur leader de la Chambre, Jeffries, sur les six bulletins de vote pour le speaker pendant les deux jours. Il a remporté à plusieurs reprises le plus grand nombre de voix au total, soit 212.

Si McCarthy pouvait obtenir 213 voix, puis persuader les autres opposants de voter simplement présent, il serait en mesure d'abaisser le seuil requis par le règlement pour avoir la majorité.

C'est une stratégie que d'anciens présidents de la Chambre, dont la présidente démocrate sortante Nancy Pelosi et le républicain Boehner, avaient utilisée lorsqu'ils étaient confrontés à l'opposition, l'emportant avec moins de 218 voix.

Une républicaine, la représentante Victoria Spartz de l'Indiana, a voté présent lors des tours de mercredi, mais cela n'a fait que diminuer le total de McCarthy.