Trafic de cocaïne : l'OEDT alerte sur les risques pour la santé des Européens

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le chef de police du quartier de Marolles à Bruxelles montre un paquet de cocaïne de la taille d'un ongle, qui contient 0,2g de cocaïne.
Le chef de police du quartier de Marolles à Bruxelles montre un paquet de cocaïne de la taille d'un ongle, qui contient 0,2g de cocaïne.   -   Tous droits réservés  Geert Vanden Wijngaert/ AP

La quantité de cocaïne saisie dans le port d'Anvers a atteint de nouveaux records cette année. Pour l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), le vieux continent devient non seulement un lieu d'importation, mais de production de cette drogue. Avec tous les risques que cela implique pour la santé et la sécurité des Européens.

En 2022, les douanes belges ont saisi près de 110 tonnes de cocaïne dans le port d'Anvers, près de la frontière néerlandaise. Une grande partie de la drogue était dissimulée dans des cargaisons de fruits et légumes. 

"Quand vous voyez les volumes qui sont saisis, ce qui vous vient à l'esprit est "qu'est-ce qui entre" ? Si une telle quantité est saisie, il y en a beaucoup plus qui peut passer", déplore Laurent Laniel, chargé de recherche à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. "Et quels sont les dommages que cela crée au-delà des dégâts sur la santé des consommateurs de cocaïne, et sur la société en termes de violence et de corruption".

WIM HENDRIX/AFP
La police d'Anvers a trouvé 756 tonnes de cocaïne dissimulée dans des cargaison de bananes, au milieu des vrais fruits. (archive de 2001)WIM HENDRIX/AFP

D'après le rapport 2022 de l'OEDT, la Cocaïne est la deuxième drogue la plus consommée en Europe, juste après le cannabis. 14 millions d'Européens déclarent y avoir touché au cours de leur vie, dont une majorité d'Européens de l'Ouest.

Le trafic grandissant de cette drogue risque d'avoir un impact négatif à long terme sur les consommateurs, et affecter les services de santé. Actuellement, on estime que 6 000 personnes meurent d'overdose chaque année en moyenne, toutes drogues confondues.

"Il y a l'héroïne, il y a la MDMA, que l'on trouve maintenant aussi dans des pilules d'une concentration beaucoup plus élevée que par le passé, ce qui peut être dangereux, précise Laurent Laniel, la conséquence probable est qu'il y aura plus de dommages en termes de santé – sans parler du trafic – juste de santé, pour les consommateurs."

Avec l'élargissement du trafic, l'Observatoire craint que l'offre se diversifie. L'arrivée de produits fumables à base de cocaïne par exemple suscite des inquiétudes quant aux risques pour la santé.