L'armée israélienne frappe Gaza après des tirs de roquettes palestiniennes

Des frappes israéliennes sur la bande de Gaza
Des frappes israéliennes sur la bande de Gaza Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023, The AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée israélienne a procédé vendredi à des frappes sur la bande de Gaza en réponse à des tirs de roquettes en provenance du territoire palestinien, après le raid israélien le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie.

PUBLICITÉ

Des frappes israéliennes la nuit dernière sur la bande de Gaza. C'est la réponse de l'Etat hébreu à des tirs de roquettes un peu plus tôt en provenance du territoire palestinien. L'armée israélienne dit avoir visé des infrastructures du Hamas au pouvoir à Gaza. Aucune victime n'a été signalée.

Les tirs de roquettes palestiniennes, interceptées pour la plupart par le système de défense antiaérien israélien, n'ont pas été revendiqués, mais les groupes armés palestiniens avaient promis de répondre au raid israélien de jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie.

Le Jihad islamique était la cible de cette incursion militaire car selon Tsahal, elle planifiait une attaque en Israël.

Au total, neuf Palestiniens ont péri au cours de cette opération. Un dixième a été tué par des tirs israéliens près de Ramallah.

Les Nations unies n'ont pas recensé de bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie depuis qu'elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes du conflit israélo-palestinien.

Mesures "urgentes"

Le calme prévaut vendredi dans les rues de Jénine où les magasins sont toutefois fermés dans le cadre d'une grève, a constaté un journaliste de l'AFP.

A la suite du raid israélien, l'Autorité palestinienne a dénoncé "un massacre" et annoncé mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël, une première depuis 2020.

Le département d'Etat américain a dit regretter cette décision, jugeant "très important que les parties maintiennent, voire approfondissent, leur coordination sécuritaire".

Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, doit se rendre lundi et mardi en Israël et Cisjordanie pour insister, selon Washington, sur "la nécessité urgente de prendre des mesures de désescalade".

Israël "ne cherche pas d'escalade" mais se prépare "à tous les scénarios", a affirmé jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, d'après un communiqué.

L'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, mène des opérations quasi-quotidiennes à travers ce territoire palestinien, particulièrement dans les secteurs de Jénine et Naplouse (nord), bastions de factions palestiniennes armées.

Le camp de Jénine, qui date de 1953, abrite plus de 23.000 réfugiés selon l'Unrwa, l'agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens.

En mai 2022, la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, vedette de la chaîne Al Jazeera, y avait été tuée alors qu'elle couvrait un raid israélien.

Les décès de jeudi portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Proche-Orient : tirs croisés entre roquettes palestiniennes et missiles israéliens à Gaza

Cinq Palestiniens tués lors d'un raid des forces israéliennes à Jéricho

Regain de tensions en Cisjordanie après la mort de six Palestiniens tués par l'armée israélienne