Proche-Orient : tirs croisés entre roquettes palestiniennes et missiles israéliens à Gaza

Tirs de missile israélien sur la bande de Gaza
Tirs de missile israélien sur la bande de Gaza Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Israël et des groupes armés palestiniens de la bande de Gaza se sont affrontés jeudi à coups de roquettes et de missiles, au lendemain d'un raid meurtrier de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée.

PUBLICITÉ

Israël et des groupes armés palestiniens de la bande de Gaza se sont affrontés jeudi à coups de roquettes et de missiles, au lendemain d'un raid meurtrier de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée.

Onze Palestiniens, dont un adolescent de 16 ans, ont été tués mercredi, et plus de 80 autres ont été blessés par balles lors de cette incursion militaire à Naplouse, opération la plus meurtrière de l'armée israélienne en Cisjordanie depuis 2005.

Selon un scénario récurrent, ces violences ont été suivies dans la nuit par des tirs de roquettes tirées de la bande de Gaza vers Israël, suivies par des frappes aériennes israéliennes, au petit jour, sur ce territoire sous contrôle du mouvement islamiste palestinien Hamas depuis 2007.

Aucune victime n'a été immédiatement recensée à la suite de cette nouvelle passe d'armes.

Avant cela le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres s'était alarmé que la situation "dans le territoire palestinien occupé (soit) la plus inflammable depuis des années".

L'Union européenne a appelé "toutes les parties (à œuvrer) en vue d'un retour au calme et d'une désescalade des tensions"

Paris a exhorté "tous les acteurs à s'abstenir de toute action qui pourrait nourrir (l')engrenage" de la violence et les Etats-Unis se sont dits "extrêmement préoccupés" par le niveau de violence en Cisjordanie.

"Rétablir le calme"

Depuis le début de l'année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à 60 Palestiniens (parmi lesquels des membres de groupes armés et des civils, dont des mineurs) et à neuf civils (dont trois mineurs) et un policier israéliens ainsi qu'une Ukrainienne, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

"Notre priorité immédiate doit être d'empêcher une escalade supplémentaire, de réduire les tensions et de rétablir le calme", a plaidé M. Guterres.

Avant l'aube jeudi, plusieurs roquettes - huit selon des témoins palestiniens, six selon l'armée israélienne - ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël.

Ces tirs ont été revendiqués par le Jihad islamique palestinien, qui avait appelé "les forces de résistance" à répondre "sans hésitation" au "crime majeur" commis selon lui par l'armée israélienne à Naplouse.

L'armée israélienne a déclaré avoir intercepté cinq roquettes à l'aide de son système de défense antiaérienne. Elle a ensuite mené des frappes aériennes contre plusieurs cibles dans la bande de Gaza.

Ces frappes ont visé "une usine de fabrication d'armes" et un "camp militaire" appartenant tous deux au Hamas, a indiqué l'armée dans un communiqué.

Funérailles à Naplouse

Mercredi après-midi à Naplouse, une foule compacte, parmi laquelle des hommes armés, a participé aux funérailles de neuf des personnes tuées dans l'opération militaire israélienne. Un dixième mort a été inhumé dans le camp de réfugiés palestiniens voisin de Balata.

Le onzième mort, âgé de 66 ans, est décédé dans la soirée des suites de l'inhalation de gaz lacrymogène, selon le ministère de la Santé palestinien.

L'armée israélienne a indiqué avoir mené une "opération antiterroriste" en zone autonome palestinienne au cours de laquelle "trois suspects recherchés et impliqués dans des attaques armées (en Cisjordanie) et planifiant des attaques pour un futur immédiat (ont) été neutralisés".

Durant l'opération, qui a duré presque quatre heures, des pierres et des engins explosifs ont été tirés vers les soldats, a ajouté l'armée, précisant qu'aucun d'entre eux n'avait été blessé.

Au moins 82 personnes ont été hospitalisées pour des blessures par balles, dont certaines dans un état grave, a indiqué le ministère palestinien.

PUBLICITÉ

Le Jihad islamique a indiqué qu'un des commandants locaux de sa branche militaire faisait partie des morts. D'après le groupe armé Areen al-Oussoud ("Le Repaire des lions"), établi à Naplouse, six combattants de différentes factions palestiniennes figurent parmi les 10 morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une pluie de roquettes s'abat sur Israël depuis le Liban et Gaza

Territoires palestiniens : le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU dénonce une "tragédie"

L'armée israélienne frappe Gaza après des tirs de roquettes palestiniennes