EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les miraculées de Kahramanmaras

À Kahramanmaras, onze jours après le séisme, une adolescente de 17 ans et une jeune femme ont été extraites vivantes des décombres par les secouristes.
À Kahramanmaras, onze jours après le séisme, une adolescente de 17 ans et une jeune femme ont été extraites vivantes des décombres par les secouristes. Tous droits réservés Francisco Seco/AP
Tous droits réservés Francisco Seco/AP
Par Raphaele Tavernier avec Agences
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Turquie, alors que le dernier bilan officiel du séisme fait état de plus de 41 000 morts, deux femmes ont été retrouvées vivantes sous les décombres, onze jours après la tragédie.

PUBLICITÉ

À Kahramanmaras, onze jours après le séisme, une adolescente de 17 ans et une jeune femme ont été extraites vivantes des décombres par les secouristes.

Pour les habitants de cette ville du sud de la Turquie, gravement impactée par le tremblement de terre, ce sauvetage est un miracle qui redonne un peu d’espoir à la population et aux volontaires qui s'activent toujours pour essayer de retrouver des survivants dans les ruines.

Le dernier bilan officiel de ce séisme qui a frappé la Turquie, mais aussi la Syrie, a dépassé les 41 000 morts. L’ONU a lancé un appel à l’aide pour collecter un milliard de dollars afin de venir en aide à ces deux pays.

"Comme l’a dit le Secrétaire général de l’ONU, la Turquie abrite le plus grand nombre de réfugiés au monde et a fait montre d'une immense générosité à l'égard de son voisin syrien depuis des années. Il est temps dorénavant que le monde soutienne la population de Turquie, comme elle l'a fait tout simplement avec d'autres en quête d'aide", a dit Stephen Dujarric, le Porte-parole du Secrétaire général des Nations unies.

Dans la province de Hatay et de Gaziantep, les actions de déblaiement des monceaux de gravats sont en cours et des plans de reconstruction sont déjà sur la table, mais avec en toile de fond, cette question : "Pourquoi les bâtiments se sont-ils écroulés comme des châteaux de cartes ?" Pour l’heure, des promoteurs immobiliers sont pointés du doigt en Turquie. Le gouvernement les désigne comme les principaux responsables de la tragédie. 

Mehmet Yasar Coskun était le maître d’ouvrage de la résidence Rönesans qui s’est effondrée. Il a été arrêté vendredi 10 février 2023 à l’aéroport d’Istanbul.

Plus d’une douzaine d’entre eux ont été arrêtés et plus d’une centaine d’enquêtes ont été ouvertes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après le séisme, des Syriens réfugiés en Turquie veulent rentrer chez eux

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux