EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : un combat sur les "terres historiques", clame Vladimir Poutine devant la foule

Vladimir Poutine au stade Loujniki de Moscou (22/02/23)
Vladimir Poutine au stade Loujniki de Moscou (22/02/23) Tous droits réservés Mikhail Metzel/Sputnik
Tous droits réservés Mikhail Metzel/Sputnik
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef du Kremlin s'est exprimé face à des milliers de Russes en marge d'un grand concert patriotique au stade Loujniki de Moscou.

PUBLICITÉ

La Russie combat actuellement en Ukraine pour ses "terres historiques", a proclamé mercredi le président russe Vladimir Poutine, dans une brève allocution lors d'un grand concert patriotique au stade Loujniki à Moscou.

"Aujourd'hui, la hiérarchie (militaire) m'a dit que des combats sont en cours au sein de nos terres historiques pour notre peuple", a lancé le chef du Kremlin devant des dizaines de milliers de Russes.

Ce grand concert patriotique en soutien à l'offensive contre l'Ukraine, baptisé "Gloire aux défenseurs de la patrie", intervient à la veille de la journée du même nom, et à l'avant-veille du premier anniversaire de l'offensive russe contre son voisin.

Des enfants du Donbass ukrainien, notamment de la ville martyre de Marioupol sont montés sur scène, se serrant contre un militaire russe proclamant face à la foule "Nous gagnerons!".

La Russie est accusée d'avoir kidnappé des milliers d'enfants ukrainiens des territoires qu'elle occupe. Moscou, qui considère ces régions comme russes, dément et dit avoir organisé des adoptions parfaitement légales.

Le célèbre chanteur Grigori Leps a ouvert le concert avec une chanson glorifiant la Russie, avec des images de la statue "l'appel de la mère patrie" à Volgograd, l'ex-Stalingrad, diffusées sur les écrans du stade.

Les dirigeants des autorités d'occupation russes de régions ukrainiennes étaient également dans l'enceinte du stade, donnant des interviews aux médias d’État russes.

"L'Occident est complice des crimes de guerre" ukrainiens, a ainsi accusé Denis Pouchiline, chef de l'occupation russe dans la région de Donetsk dont Moscou revendique l'annexion, avant de dénoncer une fois encore "l'idéologie nazie" du pouvoir ukrainien.

Vladimir Poutine justifie sa décision de déclencher le plus grave conflit en Europe depuis 1945 en accusant Kiev d'orchestrer un "génocide" de russophones en Ukraine.

Il considère aussi les Occidentaux, qui livrent des armes à leur allié ukrainien, comme responsable de l'escalade, estimant qu'Européens et Américains mènent une guerre par procuration pour tenter d'anéantir la Russie.

Confronté à des revers d'ampleur sur le terrain, le Kremlin présente désormais son offensive en Ukraine comme l'équivalent de la "Grande guerre patriotique" contre l'Allemagne nazie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

OSCE : polémique autour de la présence d'une délégation russe

Vote attendu de l'ONU sur une résolution réclamant "une paix juste et durable" en Ukraine

La Russie émet un mandat d'arrêt contre Ioulia Navalnaïa, la veuve d’Alexeï Navalny