Guerre en Ukraine : la situation au 23 février 2023, cartes à l'appui

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Sasha Vakulina, Euronews
Sasha Vakulina, Euronews   -  Tous droits réservés  Euronews

Le ministère russe de la Défense a accusé l'Ukraine de planifier l'invasion de la région séparatiste moldave de Transnistrie après une opération sous faux drapeau, a rapporté l'agence de presse RIA.

Le ministère a déclaré que l'Ukraine prévoyait de mettre en scène une attaque prétendument menée par les forces russes depuis la Transnistrie comme prétexte à l'invasion, selon RIA.

Mais c'est le président russe Vladimir Poutine qui a révoqué cette semaine un décret qui avait engagé la Russie à un règlement en Transnistrie respectant l'intégrité territoriale de la Moldavie.

Selon l'Institut pour l'étude de la guerre, cela n'indique pas que Vladimir Poutine a l'intention d'attaquer la Moldavie - une entreprise pour laquelle il n'a pas la capacité militaire - mais il témoigne d'une escalade dans ses efforts continus pour saper l'État moldave.

La présidente de la Moldavie, Maia Sandu, a déclaré au début du mois que son pays disposait de renseignements suggérant que la Russie préparait un coup d'État pour "renverser" les autorités moldaves et semer le chaos dans la petite république ex-soviétique.

Lorsque la Russie a envahi l'Ukraine il y a exactement un an, elle voulait créer un corridor terrestre à travers le sud de l'Ukraine vers la région séparatiste de Transnistrie, soutenue par Moscou. Il s'agit d'une étroite bande de terre de près de 200 km de long et 30 km de large, située entre le fleuve Dniester et la frontière orientale de la Moldavie avec l'Ukraine, qui n'est pas reconnue comme un État souverain par la communauté internationale, ni même par la Russie. Mais un peu moins de 2 000 soldats russes y sont toujours stationnés depuis 1992.

Ces derniers jours, le président russe a une nouvelle fois relancé son discours impérialiste selon lequel la Russie se bat pour des "frontières historiques". Un concept qui a déjà été utilisé dans l'invasion de l'Ukraine et qui pourrait servir à justifier une agression contre presque tous les voisins de la Russie, ainsi que contre la Moldavie.