Que se passerait-il réellement si l'Ukraine rejoignait l'UE ?

L'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne est une question épineuse
L'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne est une question épineuse Tous droits réservés Canva
Par Joshua Askew
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'adhésion de l'Ukraine aurait des conséquences sérieuses - et profondes - pour l'Union européenne.

PUBLICITÉ

L'Ukraine ne rejoindra probablement pas l'Union européenne de si tôt. En proie à de profonds problèmes structurels – sans parler de l'invasion brutale par la Russie – son adhésion pourrait prendre de nombreuses années – peu importe sa motivation.

Pourtant, l'adhésion de l'Ukraine est un sujet brûlant, et les débats font rage parmi les analystes et les décideurs politiques sur ce que cela signifierait en pratique si cette nation assiégée entrait officiellement dans l'UE.

"Le centre de gravité se déplacerait vers l'est"

Avec plus de 40 millions d'habitants, l'Ukraine deviendrait le cinquième plus grand membre de l'Union européenne et le plus grand par sa taille, si elle adhère à l'Union européenne.

Cela aurait des implications géopolitiques importantes, ouvrant la voie à un nouvel axe Varsovie-Kyiv qui pourrait rivaliser avec le traditionnel Paris-Berlin, selon le professeur Michael Keating de l'Université d'Aberdeen en Écosse.

Avec "l'ancien moteur franco-allemand qui n'est plus ce qu'il était... nous pourrions certainement assister à un grand changement dans l'équilibre des forces au sein de l'UE", a-t-il déclaré à Euronews, même si l'Ukraine elle-même ne serait pas "très puissante".

L'élargissement pourrait mettre à rude épreuve l'unité et la cohésion des 27 États membres.

"Plus l'Union européenne s'agrandit, plus il devient difficile de prendre des décisions et de s'engager dans une action collective", a déclaré Michael Keating. Il y a déjà des luttes majeures au sein de l'UE entre les États de l'ouest et du sud, de l'est et du nord, sur la nature du bloc et ses objectifs.

La Hongrie et la Pologne, relativement nouveaux membres – qui ont toutes deux rejoint l'UE en 2004 – ont été une épine dans le pied de Bruxelles, qui les a sanctionnées pour avoir porté atteinte à l'État de droit et à la démocratie. 

VOLODYMYR SHUVAYEV/AFP
Le mouvement de protestation ukrainien Euromaidan a été déclenché après que l'ancien président Viktor Ianoukovitch a abandonné un accord avec l'UE.VOLODYMYR SHUVAYEV/AFP

L'argent compte aussi. Avant même que la guerre ne réduise son économie en poussière, l'Ukraine était l'un des pays les plus pauvres d'Europe.

Son PIB par habitant était de 4 800 dollars (4 451 €) en 2021, soit plus de dix fois moins que les économies européennes avancées telles que le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne.

Selon Jolyon Howorth, professeur de politique européenne, l'intégration d'un pays aussi meurtri coûterait "une somme épouvantable".

Cela pourrait invariablement plomber les finances de l'UE, détournant éventuellement des fonds des États membres les plus pauvres actuellement, tels que la Pologne, la Grèce, la Hongrie et la Roumanie, tous bénéficiaires nets en 2022.

Pourtant, cela s'est déjà produit. Malgré "quelques grognements" de la part de ceux qui ont perdu une partie de ce financement, Michael Keating affirme que le financement de l'UE a historiquement changé, se déplaçant vers l'est et le sud avec l'élargissement de l'UE en 2004 et 2007.

"Cela fait partie du processus normal d'ajustement", a-t-il déclaré à Euronews. _"Ils perdent du financement parce qu'ils se développent. Ce n'est pas vraiment un problème. (...) C'est un peu difficile de se plaindre parce qu'on est en train de devenir plus riche." _

Le phénomène du "plombier polonais"

À long terme, l'Ukraine pourrait obtenir des gains économiques, notamment en attirant des investissements étrangers si elle était admise dans l'UE, le bloc commercial le plus riche de la planète.

De plus, la nécessité de répondre aux critères d'éligibilité de l'UE peut inciter le pays à s'attaquer à des problèmes structurels profondément enracinés, tels que la corruption, un mal endémique en Ukraine.

Mais Michael Keating reste sceptique. Dans de nombreux États, l'adhésion à l'UE a accru les disparités régionales, affirme-t-il.

Ceux qui vivent dans la région autour de la capitale lituanienne Vilnius, par exemple, ont un PIB par habitant près de trois fois supérieur à celui de la région, qui est la plus pauvre du pays. Ce phénomène est aussi possible en Ukraine, selon Michael Keating. Avec des investissements concentrés autour de Kyiv, a-t-il déclaré, les régions de l'est - où "les tensions politiques sont les plus fortes" - pourraient devenir encore plus "marginalisées économiquement".

PUBLICITÉ

"Cela pourrait être un problème", affirme t'il. "Des politiques devraient être mises en place pour s'assurer qu'il n'y avait pas trop de division dans le pays en matière d'économie et de richesse."

Alexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Une grande partie de l'Ukraine est détruite ou endommagée par les frappes russesAlexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

Dans l'immédiat, Jolyon Howorth dit qu'il est "presque inévitable" qu'il y ait des flux migratoires hors d'Ukraine. Tout afflux massif de travailleurs ukrainiens risque de créer une éventuelle réaction politique dans les États membres de l'UE – quelle que soit leur contribution économique.

Connaissant un boom au début des années 2000, le Royaume-Uni était l'une des seules grandes économies à ne pas limiter le nombre de travailleurs d'Europe centrale et de l'Est, l'immigration devenant plus tard une question extrêmement controversée lors du vote sur le Brexit. Ceci malgré l'impact économique positif de ces immigrants européens sur le pays.

Mais Michael Keating précise : "C'est déjà arrivé. La Pologne accueillait déjà un grand nombre d'Ukrainiens, même avant la guerre. (...)_Les marchés du travail dans les pays occidentaux ont besoin de ces travailleurs", tout en reconnaissant que "l'économie et la politique ne s'alignent pas toujours".

Quelles sont les limites de l'Europe ?

Dans le New Statesman, un magazine politique britannique, l'essayiste Jeremy Cliffe affirme que laisser l'Ukraine dans l'attente serait une chose dangereuse, invitant peut-être à de nouveaux conflits.

PUBLICITÉ

"_Imaginez une Ukraine usée structurellement et industriellement par des années de guerre ; c'est une économie sclérosée et des investissements rares ; un état d'échec au ralenti ; ses électeurs et ses dirigeants en veulent à une UE qui n'a pas tenu ses promesses. (...)__Par rapport à ce scénario, les défis d'un élargissement rapide de l'UE ne semblent pas si insurmontables."

L'invasion de la Russie a renforcé le soutien à l'adhésion à l'Union européenne parmi les Ukrainiens.

92 % d'entre eux souhaitent rejoindre l'UE d'ici 2030, selon un sondage de l'Institut international de sociologie de Kyiv. Avant le conflit, seuls 67 % disaient qu'ils voteraient oui lors d'un référendum d'adhésion. 

Alexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Une grande partie de l'Ukraine est détruite ou endommagée par les frappes russesAlexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

Les débats autour de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE soulèvent finalement de profondes questions existentielles sur le bloc lui-même.

"Les élargissements remettent constamment en question la raison pour laquelle nous le faisons", déclare Jolyon Howorth. "Quel est le but d'une expansion supplémentaire ? Le faisons nous pour son propre bien ? Pouvons-nous continuer à nous étendre plus ou moins indéfiniment ?"

PUBLICITÉ

"Si vous prenez cette logique selon laquelle l'Union européenne peut simplement continuer à s'étendre toujours plus loin, alors elle devient rapidement incontrôlable."

Encore une fois, il souligne les "divisions non résolues" entre les États membres sur ce qu'est réellement l'Union européenne, affirmant qu'elle voyageait vers l'inconnu, sans objectif clair.

"Nous n'avons jamais défini notre destination. Nous avons simplement dit que c'est vers cela que nous nous dirigeons. Et je pense qu'avec l'adhésion potentielle de l'Ukraine, nous devons avoir une réponse beaucoup plus claire à cette question : quel est l'intérêt de tout cela ?"

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Enlèvements d'enfants : la Russie vole une génération d'Ukrainiens

Union européenne : fournir davantage de munitions à l'Ukraine ?

Des milliers d'Européens se sont rassemblés samedi en solidarité avec le peuple ukrainien