Etats-Unis : en faillite, la First Republic Bank rachetée par JPMorgan

La First Republik Bank
La First Republik Bank Tous droits réservés Steven Senne AP
Tous droits réservés Steven Senne AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les autorités américaines ont pris lundi le contrôle de la banque régionale First Republic et en ont revendu la grande majorité à JPMorgan Chase, actant ainsi la deuxième plus grosse faillite de l'histoire des États-Unis.

PUBLICITÉ

Les autorités américaines ont pris lundi le contrôle de la banque régionale First Republic et en ont revendu la grande majorité à JPMorgan Chase, actant ainsi la deuxième plus grosse faillite de l'histoire des États-Unis et espérant mettre un terme à la crise bancaire qui a émergé en mars.

L'établissement était sous forte pression depuis les défaillances rapprochées de deux établissements au profil similaire, Silicon Valley Bank et Signature.

Mais First Republic n'est pas parvenu à trouver un plan de sauvetage satisfaisant et quand il a confirmé lundi dernier que de nombreux clients avaient retiré plus de 100 milliards de dollars de dépôts au premier trimestre, son action, déjà mal en point, a piqué du nez.

Les autorités, qui semblaient réticentes à venir à la rescousse d'une troisième banque en peu de temps, sont finalement montées au créneau, sollicitant les offres d'établissements financiers avant de saisir officiellement First Republic.

Il s'agit de la deuxième plus grosse faillite bancaire de l'histoire des États-Unis après celle de Washington Mutual en 2008.

Les actifs de cette dernière avaient, eux aussi, été en grande partie acquis par JPMorgan qui, sous la houlette de son patron Jamie Dimon, a plusieurs fois secouru des établissements en difficulté.

Accord avec JPMorgan

Selon l'accord noué lundi, la plus grosse banque du pays va récupérer tous les dépôts de First Republic ainsi que presque tous ses actifs, tandis que ses agences pourront rouvrir lundi selon les modalités habituelles.

"Notre gouvernement nous a invités, ainsi que d'autres, à intervenir, et nous l'avons fait", a déclaré Jamie Dimon dans un communiqué. L'opération permet, selon lui, de "minimiser les coûts" pour le fonds d'assurance-dépôts.

L'opération implique en effet que les prêts de First Republic doivent être réévaluées à la baisse et l'agence en charge de garantir les dépôts, la FDIC, a accepté d'assumer une partie de ces pertes : elle estime que l'opération va lui coûter environ 13 milliards de dollars, une somme qui proviendra des cotisations versées par les banques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

WeWork, ancienne valeur star des bureaux partagés, dépose le bilan

Le rachat finalisé, UBS va lancer l'intégration de Credit Suisse

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus