PUBLICITÉ

Pourquoi l'Arabie saoudite investit-elle autant dans le sport ?

Cristiano Ronaldo, lors de son arrivée en Arabie saoudite.
Cristiano Ronaldo, lors de son arrivée en Arabie saoudite. Tous droits réservés Amr Nabil/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Amr Nabil/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après Cristiano Ronaldo et peut-être avant Lionel Messi, Karim Benzema s'est engagé avec un club de football saoudien.

PUBLICITÉ

Karim Benzema s'apprête donc à rejoindre son ancien coéquipier du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, dans le championnat saoudien. Un nouveau gros coup médiatique pour l’Arabie saoudite avant, peut-être, de parvenir à attirer Lionel Messi.

L'objectif du royaume est de diversifier ses sources de revenus et utiliser le soft power à des fins géopolitiques et socioculturelles.

''Ils veulent utiliser le football comme un moyen de s'engager dans la diplomatie avec des pays du monde entier, explique Simon Chadwick, professeur de sport et d'économie géopolitiques. Mais je pense aussi qu'il y a un aspect socioculturel à cela. 70% de la population saoudienne a moins de 35 ans et, comme la plupart des jeunes de cet âge-là, ils veulent passer leur temps à faire des choses intéressantes et ludiques. Le gouvernement saoudien tente donc de répondre aux besoins de la communauté de la génération Z."

Boxe, Formule 1, football, l’Arabie saoudite tente depuis quelques années de rattraper son retard sur ses voisins du Golfe, notamment le Qatar, pour s'imposer comme le leader du divertissement et du sport dans la région.

En octobre 2021, le fonds souverain du Royaume a racheté le club de football anglais de Newcastle pour plus de 350 millions d’euros.

"Bien sûr, l'Arabie saoudite investit dans le sport pour améliorer son image et détourner l'attention des violations des droits de l'homme, explique Danyel Reiche, professeur à l'université de Georgetown. Mais je pense que nous ne pouvons pas nous contenter d'expliquer les investissements sportifs des Saoudiens par le terme de sportswashing. Il donne l'impression que pour des processus complexes, il y a une explication simple. Or, je pense qu'il y a plus que cela. Cela reflète également les changements sociaux en Arabie saoudite."

Prochain objectif de l’Arabie saoudite et de son prince héritier Mohammed ben Salmane, imiter le voisin qatari en accueillant la Coupe du monde de football en 2030 ou en 2034. Une candidature commune avec l’Egypte et la Grèce a été évoquée mais pas encore officialisée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Newcastle : le club racheté par un fonds saoudien, Amnesty International critique

Football : Neymar en route pour l'Arabie saoudite

Procès de Dani Alvès : l'ex-footballeur brésilien condamné pour agression sexuelle