EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Vladimir Poutine admet des faiblesses militaires, mais qualifie d'échec la contre-offensive de Kiev

Le président russe Vladimir Poutine durant une réunion avec des correspondants de guerre au Kremlin. Moscou, 13 juin 2023
Le président russe Vladimir Poutine durant une réunion avec des correspondants de guerre au Kremlin. Moscou, 13 juin 2023 Tous droits réservés Gavriil Grigorov, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Tous droits réservés Gavriil Grigorov, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Vladimir Poutine reconnaît que son armée manque de munitions de haute précision, d'équipements de communication, et de drones, mais affirme que la contre-offensive de Kiev est un échec, et que l'armée ukrainienne a perdu environ 25% ou peut-être 30% de l'équipement" fourni par les Occidentaux.

PUBLICITÉ

Lors d'un rare point presse télévisé avec des correspondants de guerre russes, le président Vladimir Poutine a fait plusieurs déclarations. 

Primo, il a reconnu que l'arsenal russe manquait de munitions de haute précision et de drones pour mener son offensive militaire en Ukraine.  

Il est clairement apparu que plusieurs choses manquaient: des munitions de haute précision, des équipements de communication, des drones, (...) "Nous en avons, mais pas en quantité suffisante, malheureusement.
Vladimir Poutine
Président russe

Le président russe a aussi admis que la Russie aurait pu être "mieux préparée" aux attaques de drones et d'artillerie sur son territoire à partir de l'Ukraine, tout en proclamant l'échec de la contre-offensive ukrainienne.

"Bien sûr, il est nécessaire de renforcer la frontière (...) Il était possible d'être mieux préparé à cela"

Ces attaques se sont multipliées dernièrement. La région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a été visée ces dernières semaines par plusieurs frappes d'artillerie et de drones, ainsi que par une incursion d'hommes armés.

Pertes catastrophiques pour l'Ukraine

Mais Vladimir Poutine a également affirmé que l'armée ukrainienne subissait des pertes quasiment "catastrophiques" depuis qu'elle a lancé sa contre-offensive sur plusieurs secteurs du front en Ukraine. Et il affirme que "les pertes russes sont dix fois moindre".

Les pertes ukrainiennes s'approchent d'un niveau qu'on peut qualifier de catastrophique.
Vladimir Poutine
Président russe

Selon le chef du Kremlin, l'Ukraine a lancé cette "contre-offensive à grande échelle, avec l'utilisation de réserves préparées à cette fin", le 4 juin sur "plusieurs" secteurs du front.

Il a cité deux secteurs dans le sud de l'Ukraine et un dans l'est, sans mentionner celui de Bakhmout où les forces ukrainiennes ont aussi fait état d'offensives qui leur ont permis d'avancer de plusieurs centaines de mètres.

"L'ennemi n'a réussi dans aucune de ces zones. Il a subi de lourdes pertes", a poursuivi Vladimir Poutine, affirmant que la moitié de ces pertes ukrainiennes étaient "irréversibles".

Il a assuré que Kiev avait perdu "environ 25 ou peut-être 30% de l'équipement" qui a été fourni à l'Ukraine par les Occidentaux, donnant le chiffre de 160 chars et plus de 360 blindés hors d'usage.

Côté russe, il a admis la perte de 54 chars, "dont certains doivent être restaurés et réparés".

Des données invérifiables de sources indépendantes

La Russie ne communique en outre que très peu sur ses propres pertes, malgré plusieurs retraites depuis le début de son attaque contre son voisin.

Moscou a revendiqué pour la première fois mardi la prise de chars allemands Leopard et de blindés américains Bradley, des véhicules fournis par les Occidentaux pour que Kiev puisse mener sa vaste contre-offensive.

Le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius a prévenu qu'il ne pourrait remplacer tous les chars fournis par son pays à l'Ukraine et mis hors service.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait de son côté indiqué lundi soir que l'offensive dans le sud et l'est pour libérer des territoires occupés par la Russie était "difficile", mais progressait avec la reprise, selon le ministère de la Défense, de sept villages dans le sud et des avancées aux alentours de Bakhmout (est), ville martyre ravagée par près d'un an de combats.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie a livré les premières ogives nucléaires au Bélarus selon V. Poutine

Les Occidentaux estiment qu'il est "trop tôt" pour juger du succès de la contre-offensive de Kyiv

La contre-offensive ukrainienne "progresse" mais reste "difficile"