EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Parfum de corruption sur les JO de Paris : une enquête et des perquisitions

Le siège du comité d'organisation des JO de Paris a été perquisitionné
Le siège du comité d'organisation des JO de Paris a été perquisitionné Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Par euronews et agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

A 14 mois de l'inauguration des jeux de Paris, la justice a ordonné des perquisitions ce mardi au siège du comité d'organisation en banlieue parisienne.

PUBLICITÉ

Des policiers ont perquisitionné mardi le siège du comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris (Cojo) dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption, selon le parquet national financier.

Cette enquête était tenue secrète jusqu'à présent.  "Paris 2024 coopère avec les enquêteurs pour faciliter leurs investigations", a fait savoir le Cojo qui n'a pas souhaité faire d'autres commentaires.

Un fonctionnaire du parquet financier a déclaré que les perquisitions sont liées à deux enquêtes préliminaires relatives aux Jeux olympiques de Paris. 

L'une des enquêtes a été ouverte en 2017 sur des soupçons de détournement de fonds publics et de favoritisme, ainsi que sur des préoccupations concernant un contrat non spécifié conclu par les organisateurs des Jeux de Paris, a indiqué le bureau du procureur.

L'autre enquête a été ouverte en 2022 à la suite d'un audit de l'Agence française anticorruption. Le bureau du procureur a déclaré que cette affaire portait sur des soupçons de conflit d'intérêts et de favoritisme concernant plusieurs contrats conclus par le comité d'organisation et la Solideo, la société chargée des installations olympiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Indice de la Perception de la Corruption 2023 : la note de l'Europe en baisse

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu

Scandale en Espagne : la démission de Pedro Sánchez dans la balance