EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Face à la pénurie de main d'oeuvre, Berlin assouplit les règles d'obtention de permis de travail

Une tour symbolisant le marché du travail qui s'effondre, le 31 mai 2011, Berlin
Une tour symbolisant le marché du travail qui s'effondre, le 31 mai 2011, Berlin Tous droits réservés JOHANNES EISELE/AFP
Tous droits réservés JOHANNES EISELE/AFP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Selon les experts, l'Allemagne a besoin de 400 000 travailleurs qualifiés chaque année pour faire face à une pénurie de main d'oeuvre.

PUBLICITÉ

Le parlement allemand a approuvé ce vendredi un projet de loi permettant de faciliter le recrutement d'étrangers hors UE, l'objectif du texte étant de remédier à une forte pénurie de main d'oeuvre.

Ce manque de travailleurs a été qualifié le 19 juin par Olaf Scholz de "plus grand obstacle à la croissance".

"L’immigration et la liberté de circulation dans l’Union européenne nous ont aidés et nous ont amenés là où nous nous trouvons aujourd’hui », a-t-il indiqué, plaidant pour un recrutement de travailleurs au-delà des frontières de l'UE, car "cela ne suffit plus".

De demandeur d'asile à migrant qualifié

Par 338 voix contre 234 et 31 abstentions, les parlementaires ont donc décidé d'instaurer un "système de points", prenant en compte notamment l'expérience professionnelle des demandeurs,leur âge et leurs compétences linguistiques, à l'instar du système canadien. Les règles d'entrées sur le territoire allemand seront donc assouplies pour les personnes travaillant dans des domaines sous tensions, même s'ils ne disposent pas de diplôme officiellement reconnu et équivalent à un titre allemand.

Les demandeurs d'asile arrivés avant le 29 mars et disposant d'une qualification ainsi que d'une offre d'emploi pourront donc basculer sur le régime réservé aux migrants qualifiés. Cette date repère a été instaurée pour prévenir un effet d'appel d'air, et éviter un afflux massif vers l'Allemagne de personnes ne pouvant prétendre à l'asile.

Les travailleurs hautement qualifiés seront quant à eux autorisés à faire venir d'autres membres de leur famille en Allemagne, à condition qu'ils puissent subvenir à leurs besoins financiers.

400 000 postes vacants chaque année

Berlin est confronté depuis plusieurs années à une pénurie aiguë de main d'oeuvre, les experts estimant que 400 000 immigrés qualifiés seraient nécessaires chaque année, face notamment au vieillissement de la population.

Selon l'agence nationale pour l'emploi, 200 professions sont concernées en 2023, contre 148 l'année dernière ; les chauffeurs de bus, les travailleurs de l'hôtellerie et de la restauration ainsi que ceux de la métallurgie ont ainsi été ajoutés cette année à la liste des métiers sous tension.

Les infirmiers, les travailleurs chargés de la garde d'enfants, le bâtiment et l'automobile souffrent aussi du manque de main d'oeuvre, tout comme les chauffeurs routiers, les architectes, les pharmaciens et les spécialistes de technologies de l'information.

L'opposition critique le texte

"La pénurie de main-d'œuvre qualifiée est considérée comme l'un des principaux freins à la croissance économique en Allemagne, et les travailleurs qualifiés manquent partout", a défendu Nancy Faeser, ministre de l'Intérieur, face aux députés. Cette législation est selon elle "un grand pas en avant pour l'avenir du pays".

Andrea Lindholz, députée membre du principal bloc d'opposition conservateur, a pour sa part vivement critiqué le projet, estimant qu'il visait avant tout à faire venir des personnes peu qualifiées, créant selon elle "de nouvelles incitations à l'immigration illégale en Allemagne".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Serbie : de nombreux secteurs en pénurie de main d'œuvre cherchent à recruter des migrants

Naufrage de migrants en Grèce : les neuf suspects font face à la justice

Quel impact aura l'Euro 2024 sur l'économie allemande ?