PUBLICITÉ

Les Etats-Unis vont fournir des armes à sous-munitions à l'Ukraine (Maison Blanche)

Président américain Joe Biden
Président américain Joe Biden Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Etats-Unis vont fournir des armes à sous-munitions à l'Ukraine, a indiqué vendredi la Maison Blanche, franchissant un seuil important dans le type d'armements offerts à Kyiv pour se défendre contre la Russie.

PUBLICITÉ

Le président américain Joe Biden a donné son accord à la fourniture d'armes à sous-munitions à l'Ukraine ce vendredi

"C'est une décision difficile. On l'a différée" un certain temps, a déclaré à la presse le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, tout en ajoutant que c'était "la bonne chose à faire".

Il a affirmé que le président Joe Biden avait pris la décision en consultation avec les alliés et après une "recommandation unanime" de son administration.

Le responsable a encore assuré que les Ukrainiens avaient fourni des garanties "par écrit" sur l'usage qu'ils feraient de ces armes pour minimiser "les risques posés aux civils".

Le Pentagone prévoit d'en envoyer des milliers dans le cadre d'un nouveau programme d'aide militaire d'une valeur de 800 millions de dollars pour l'effort de guerre contre la Russie, selon des hauts responsables américains. 

Des armes qui inquiètent les ONG

L'annonce américaine de l'envoi en Ukraine de bombes à sous-munitions a révolté les organisations humanitaires, qui rappellent l'impact monstrueux de ces armes sur les civils.

L'usage de ces bombes à sous-munitions (BASM) suscitait, avant même l'officialisation de l'annonce, une vague de condamnations de la part de ceux qui, aux quatre coins du monde, en mesurent les effets et tentent de les atténuer.

En août 2022, le Cluster Munition Monitor, qui rassemble plusieurs ONG spécialisées, notait que l'Ukraine était alors le seul théâtre où elles étaient utilisées, en l’occurrence par l'armée russe.

Ces bombes dispersent de façon indiscriminée et sur une zone supérieure à plusieurs terrains de football une multitude de petits explosifs, dont une partie importante n'explose pas et s'enterre dans le sol. Elles entrent alors, de facto, dans la catégorie des mines anti-personnelles.

Militairement, elles permettent de frapper un grand nombre de soldats ennemis, de rendre inutilisable une piste d'aéroport ou de miner un vaste territoire pour gêner la progression ennemie.

Mais, en violation du droit international humanitaire, elles frappent indistinctement civils et militaires. Les experts affirment qu'entre 5 et 40% des sous-munitions n'explosent pas à l'impact et peuvent ainsi rester dans le sol pendant des décennies.

"C'est une peine de mort pour les civils sur le long terme. Il y a des personnes qui ne sont pas encore nées qui en seront les victimes", dénonce Baptiste Chapuis, de l'organisation Handicap International - Humanity and Inclusion (HI).

A terme, ajoute-t-il à l'AFP, "il y aussi un enjeu d’accès physique aux zones touchées par les organisations humanitaires (...) donc d'empêcher une ligne de vie aux populations affectées".

"Escalatoire et contre-productif"

Un total de 123 pays - à l'exception notable de la Syrie, des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine ou encore d'Israël - ont signé le traité d'Oslo de 2008, entré en vigueur en 2010, et qui interdit la production, le stockage, la vente et l'utilisation des BASM.

Ces armes sont apparues massivement pendant la seconde guerre mondiale. Les Etats-Unis les ont utilisées en Irak et en Afghanistan, tout comme Israël au Liban, en particulier face au Hezbollah en 2006. "On démine encore les sous-munitions américaines au Laos", près de 50 ans après la fin de la guerre du Vietnam, souligne ainsi Baptiste Chapuis.

La convention de 2008 relève que les armes à sous-munitions "tuent ou mutilent des civils, y compris des femmes et des enfants, entravent le développement (...), font obstacle à la réhabilitation et la reconstruction post-conflit, retardent ou empêchent le retour des réfugiés et des personnes déplacées (...) pendant de nombreuses années".

L'envoi en Ukraine des BASM serait "escalatoire, contre-productif et ne ferait qu'augmenter le danger pour les populations civiles prises dans les zones de combat", a dénoncé Daryl Kimball, directeur de l'organisation américaine Arms Control Association dans un communiqué.

Elles "ne feront pas la différence entre un soldat ukrainien et un soldat russe. L'efficacité des bombes à sous-munitions est largement survendue et l'impact sur les non-combattants est reconnue mais trop souvent ignorée", a-t-il ajouté.

PUBLICITÉ

La décision américaine "est un pas en arrière qui mine les avancées considérables de la communauté internationale dans sa tentative de protéger les civils de tels dangers pendant et après les conflits armés", a déclaré de son côté Amnesty International, demandant à Washington de revenir sur sa décision.

Les civils représentent 97% des victimes (tuées ou blessées), 66% d'entre elles sont des enfants, dans les zones où l'âge est pris en compte par les statistiques.

Et 29 pays ou zones dans le monde sont connus ou soupçonnés d'être contaminés par des explosifs non déclenchés liés à des BASM, dont dix Etats parties de la convention d'Oslo, tenus par des obligations de déminage, selon le document.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'amirale Franchetti devient la première femme nommée cheffe de la marine américaine

Pour le président Biden "Vladimir Poutine a déjà perdu la guerre" en Ukraine et finira par négocier

Ukraine : les frappes russes à Lviv ont fait plusieurs morts et endommagé plus de 30 immeubles