EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Commerce : l'UE et la Nouvelle-Zélande ont signé leur accord de libre-échange

Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne (archive)
Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne (archive) Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Partenaire-clé dans la région Indo-Pacifique, la Nouvelle-Zélande a scellé ce dimanche un accord commercial ambitieux avec l'Union européenne.

PUBLICITÉ

Le sujet était sur la table des négociations depuis plus de quatre ans. Le voilà désormais signé. Dimanche, l'Union européenne et la Nouvelle-Zélande ont officiellement scellé un accord de libre-échange qui devrait, selon Bruxelles, entraîner une hausse de 30% leur commerce bilatéral d'ici une décennie.

Evoquant cet accord conclu en juin 2022 après quatre ans d'âpres négociations, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué un texte "ambitieux" et "très équilibré".

"La Nouvelle-Zélande est un partenaire-clé pour nous dans la région Indo-Pacifique et cet accord de libre-échange nous rapprochera encore un peu plus", a-t-elle ajouté lors d'une déclaration depuis Bruxelles.

De son côté, le Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins a loué un texte qui représente "d'énormes avantages" pour les deux partenaires.

L'UE est le troisième partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande, qui exporte notamment du vin, des fruits et de la viande vers l'Europe.

Le commerce bilatéral de biens entre les deux zones a représenté un peu plus de 9 milliards d'euros en 2022.

Selon la Commission européenne, les exportations de l'UE vers l'archipel du Pacifique pourraient augmenter d'un montant pouvant aller jusqu'à 4,5 milliards d'euros par an. Les investissements de l'UE en Nouvelle-Zélande pourraient connaître une progression pouvant atteindre 80%.

Le texte contient par ailleurs un chapitre dédié au développement durable, inédit dans un accord commercial européen.

"Avec des engagements sociaux et climatiques sans précédent, (cet accord) favorise une croissance juste et verte tout en renforçant la sécurité économique de l'Europe", a estimé Ursula von der Leyen.

Pour entrer en vigueur, l'accord devra encore recevoir l'approbation du Parlement européen et être ratifié par la Nouvelle-Zélande.

D'autres accords commerciaux sont toujours en négociations, voire au point mort.

Les discussions ont ainsi été suspendues avec l’Australie depuis la crise des sous-marins de septembre 2021. Idem avec la Chine : un accord de principe avait été conclu en décembre 2020 pour faciliter les investissements réciproques, mais sa signature et sa ratification ont été reportée sine die suspendues après les sanctions de Pékin contre des députés européens dénonçant les persécutions de la minorité ouïghoure.

Un autre grand accord commercial est actuellement bloqué entre l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay). Conclu en 2019 après plus de 20 ans de négociations complexes, le pacte n'a toujours pas été ratifié en partie en raison des préoccupations européennes concernant les politiques environnementales de l'ancien président brésilien Jair Bolsonaro (2019-2022).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Europe et la Chine à la recherche de nouvelles routes commerciales

Sommet du Mercosur en Argentine : appel à une relation équilibrée avec l'UE

Présidentielle au Brésil : quel avenir pour l'accord UE / Mercosur ?