EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Pays-Bas : le Premier ministre Mark Rutte quittera la politique après les élections

Mark Rutte
Mark Rutte Tous droits réservés Kayhan Ozer/AP
Tous droits réservés Kayhan Ozer/AP
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la chute de son gouvernement la semaine dernière, Mark Rutte a annoncé se retirer de la vie politique néerlandaise après les législatives anticipées.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, l'un des piliers du Conseil européen, a annoncé lundi quitter la politique après les élections législatives anticipées prévues cet automne, une décision qui met fin à la carrière du chef de gouvernement le plus longtemps en place de l'histoire des Pays-Bas.

M. Rutte, qui a dirigé quatre gouvernements de coalition depuis 2010, a annoncé vendredi la chute de sa coalition quadripartite, après des disputes internes autour du durcissement de la politique d'asile néerlandaise.

"A l'occasion de l'investiture d'un nouveau gouvernement après les élections, je quitterai la politique", a-t-il déclaré devant le parlement.

Il a aussi précisé qu'il ne sera pas tête de liste pour son parti de droite libérale (VVD).

M. Rutte a déclaré qu'il resterait à son poste à titre intérimaire jusqu'aux élections, qui n'auront pas lieu avant la mi-novembre au plus tôt selon le conseil électoral néerlandais.

"Il y a eu beaucoup de spéculations ces derniers jours sur ce qui me motivait. Ma seule réponse est les Pays-Bas", a-t-il affirmé. "Hier matin, j'ai pris la décision que je ne suis plus apte à être de nouveau tête de liste pour le VVD. A l'occasion de l'investiture d'un nouveau gouvernement après les élections, je quitterai la politique."

Célibataire endurci, vivant humblement dans un modeste rez-de-chaussée à La Haye, Mark Rutte a imprimé un style sur la vie politique tourmentée des Pays-Bas. Protestant pratiquant, l'homme a ainsi toujours refusé d'être escorté par des gardes du corps préférant son vélo ou sa vieille Saab aux voitures de fonction.

En phase avec son profil austère, Mark Rutte se fera un nom en Europe en tant que  l'un des chefs de gouvernement les plus coriaces. C'est lui notamment qui mena la fronde des pays dits "frugaux" durant la préparation du plan de relance européen post-pandémie. Un programme jugé "trop généreux" à l’égard des pays du Sud.

Mark Rutte sera-t-il Premier ministre intérimaire ?

M. Rutte doit affronter un vote au parlement, l'opposition souhaitant le renverser en tant que Premier ministre par intérim.

Deux partis d'opposition de gauche et le parti d'extrême droite de Geert Wilders avaient déposé une motion de censure contre lui.

Pour aboutir, la motion doit être soutenue par au moins l'un des quatre partis de la coalition de M. Rutte, tombée vendredi, ont indiqué les médias néerlandais.

Mais après l'annonce de M. Rutte, les deux partis d'opposition de gauche ayant déposé la motion ont déclaré ne plus la soutenir.

Le chef du parti écologiste GroenLinks, Jesse Klaver, l'un de ceux qui tentaient de faire tomber le gouvernement intérimaire, a déclaré que M. Rutte avait laissé le gouvernement se disloquer "par intérêt politique". Mais il a finalement accepté qu'il reste au pouvoir en tant que Premier ministre intérimaire jusqu'à l'investiture d'un nouveau gouvernement.

"Rutte, lui-même, a indiqué qu'il choisit l'intérêt national plutôt que l'intérêt du parti. Cela nous redonne confiance en sa capacité à diriger le pays en tant que Premier ministre sortant", a-t-il expliqué.

De son côté, M. Wilders, connu pour sa rhétorique incendiaire sur l'immigration, a déclaré qu'un "Premier ministre sortant peut également être contraint de partir. C'est ce que nous allons tenter."

Après seulement un an et demi au pouvoir, la coalition gouvernementale aux Pays-Bas, menée par le Premier ministre Mark Rutte, s'est disloquée vendredi autour des questions d'immigration, déclenchant des élections prématurées à l'issue incertaine pour le pays et l'Europe.

ChristenUnie, une petite formation protestante, et D66, parti de centre libéral, s'étaient fermement opposés au projet de M. Rutte.

Les médias néerlandais ont assuré que M. Rutte avait lancé un ultimatum aux autres partis afin qu'ils fassent preuve de fermeté face à l'immigration, alors que des cadres de son propre parti de droite libérale VVD le poussaient dans cette direction.

PUBLICITÉ

M. Rutte a déclaré que le congrès annuel de son parti en juin a été le théâtre de tensions autour du thème de l'immigration.

Le mouvement des agriculteurs

Les Pays-Bas doivent prochainement entrer en période de campagne électorale, l'une des plus houleuses et clivantes depuis plusieurs années.

Une nouvelle formation pro-agriculteurs, le Mouvement agriculteur-citoyen (BoerBurgerBeweging ou BBB) - opposée à des réglementations environnementales de l'Union européenne - a obtenu le plus de sièges lors des élections régionales de mars, qui déterminent également la composition du Sénat.

Sa dirigeante, Caroline van der Plas, dit refuser que son parti fasse partie d'une coalition dans laquelle M. Rutte jouerait un rôle et n'exclut pas de viser le poste de Première ministre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La victoire de l’extrême droite néerlandaise pourrait annoncer des difficultés pour l’UE

Pays-Bas: les sondages à la sortie des urnes suggèrent une victoire de l'extrême droite de Wilders

Une nouvelle coalition menée par l'extrême droite aux Pays-Bas