PUBLICITÉ

Après avoir remanié son gouvernement, Emmanuel Macron dresse les priorités de la France

La première ministre Elisabeth Borne et le président Emmanuel Macron en conseil des ministres, Paris, France, 21 juillet 2023.
La première ministre Elisabeth Borne et le président Emmanuel Macron en conseil des ministres, Paris, France, 21 juillet 2023. Tous droits réservés AP / Yoan Valat
Tous droits réservés AP / Yoan Valat
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En France, le président a renouvelé une partie du gouvernement et sa confiance en la première ministre, et il entend apporter une réponse complète à la crise engendrée par les récentes émeutes.

PUBLICITÉ

Nouveau gouvernement, nouveau conseil des ministres, même si le remaniement a été léger, et l'occasion pour le président Emmanuel Macron de dresser un bilan des "100 jours" qu'il avait donnés à sa Première ministre après la crise des retraites, de confirmer un budget 2024 "exigeant" et de faire part de la réflexion en cours sur les leçons à tirer des émeutes :

"Nous aurons à apporter les réponses profondes aux émeutes que le pays a vécues au début du mois de juillet, car au-delà des réponses d'urgence, nous voyons bien à travers les crises que le risque de fragmentation, de division profonde de la Nation est là. Et il y a un besoin tout à la fois d'autorité, de respect, d'espérance légitime et c'est une réponse complète et profonde qui se joue à l'échelle de la nation."

Emmanuel Macron a aussi rappelé à l'ordre ses ministres qui ont d'abord vocation à travailler et non à être présents dans les médias, expliquant qu'"exprimer cette réponse complète à la Nation lui appartiendra".

L'ordre républicain a en effet été mis à mal par cinq jours d'émeutes après la mort d'un jeune homme tué par un policier lors d'un contrôle routier, en plein milieu des "100 jours d'apaisement" qui devaient suivre la très contestée réforme des retraites. 

Il a appelé à "continuer à être aux côtés des maires", dans les villes où de nombreux bâtiments ont été détruits, et à "continuer de soutenir et de recruter nos forces de l'ordre pour que le calme tienne". 

Les chantiers : budget, réformes et service public

A la rentrée, "nous aurons à préparer en quelque sorte le pays pour un cadre exigeant et l'ordre en matière de finances publiques", a prévenu le chef de l'Etat. Il a évoqué une "stratégie de finances publiques", comprenant notamment "une gestion raisonnable de nos déficits" qui "seule nous permet d'être fort". Il en va de "la crédibilité de la France en Europe", a-t-il ajouté.

Se projetant sur la rentrée, Emmanuel Macron a également confirmé la présentation, plusieurs fois repoussée, de "la planification écologique pour le pays, qui touchera tous les secteurs (et) qui donnera de la visibilité en termes de changement, en termes d'investissements et qui a été le fruit d'un très gros travail ces derniers mois".

Le président a aussi annoncé la relance de plusieurs "conseils nationaux de la refondation" à la rentrée "sur beaucoup de chantiers ministériels", notamment la santé et l'éducation.

Sur la réindustrialisation et le plein emploi, il a rappelé que "le chômage a continué de baisser". "Nous avons créé 1 700 000 emplois, dont plus de 100 000 dans l'industrie, nous avons rouvert et nous continuons de rouvrir des usines là où nous en fermions depuis des décennies", a-t-il précisé.

Sur le volet service public, il s'est félicité d'avoir "posé les jalons d'une transformation profonde de notre système scolaire".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : léger remaniement gouvernemental avant la pause estivale

Émeutes : Emmanuel Macron annonce une loi d'urgence pour la reconstruction

La réforme des retraites était "nécessaire", plaide le président Macron