PUBLICITÉ

28,71 degrés : une température record relevée en Méditerranée

La Méditerannée, l'île de Capri en Italie
La Méditerannée, l'île de Capri en Italie Tous droits réservés Anonymous/AP2008
Tous droits réservés Anonymous/AP2008
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La région méditerranéenne est depuis longtemps classée comme un "point chaud" du changement climatique par les experts du Giec.

PUBLICITÉ

Les eaux de la mer Méditerranée ont connu lundi leur plus haute température journalière connue, a annoncé mardi le principal centre de recherches maritimes espagnol, en pleine canicule exceptionnelle sur une large partie du bassin méditerranéen, l'un des "points chauds" du réchauffement climatique.

"Un nouveau record sur la période 1982-2023 a été battu pour la température médiane quotidienne de la surface de la mer en Méditerranée avec 28,71ºC", ont indiqué des chercheurs de l'Institut des sciences de la mer (ICM) de Barcelone, analysant les données satellitaires de l'observatoire européen Copernicus.

Le précédent record de 28,25°C datait du 23 août 2003.

Localement des eaux à plus de 30 degrés ont ainsi été relevées, 4 degrés au-dessus des normales entre la Sicile et Naples.

De telles températures menacent les écosystèmes marins. Lors des canicules de 2015-2019 en Méditerranée, une cinquantaine d'espèces (coraux, gorgones, oursins, mollusques, bivalves, posidonies, etc.) ont ainsi connu des mortalités massives entre la surface et 45 mètres de fond, selon une étude publiée en juillet 2022 dans la revue Global Change Biology.

La région méditerranéenne, frappée en juillet par des températures parfois records et de violents incendies de forêt en Grèce, est depuis longtemps classée comme un "point chaud" (hotspot) du changement climatique par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) des Nations unies.

Dans le scénario d'un réchauffement mondiale supérieur à 1,5°C depuis l'ère pré-industrielle, plus de 20% des poissons et invertébrés exploités en Méditerranée orientale pourraient disparaître localement d'ici 2060 et les revenus de la pêche pourraient diminuer jusqu'à 30% d'ici 2050, avertissent ces experts. En moyenne, le monde en est déjà à environ +1,2°C.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi les poissons attaquent-ils les touristes sur les plages de Benidorm ?

Au Danemark, des pierres tombales en argile pour lutter contre le réchauffement climatique

Grèce : le nombre de migrants a plus que doublé en un an