EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Russie : après les décorations, la prison pour Ilia Satchkov, entrepreneur en cybersécurité

 Archive d'Ilia Satchkov, fondateur d'un fleuron russe de la cybersécurité, Group-IB.
Archive d'Ilia Satchkov, fondateur d'un fleuron russe de la cybersécurité, Group-IB. Tous droits réservés Dmitry Astakhov/Sputnik
Tous droits réservés Dmitry Astakhov/Sputnik
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après les décorations, la prison pour Ilia Satchkov. L'entrepreneur en cybersécurité a été condamné à 14 ans d'emprisonnement pour "haute trahison".

PUBLICITÉ

Le tribunal municipal de Moscou a condamné Ilia Satchkov, fondateur d'un fleuron russe de la cybersécurité, à 14 ans de prison pour "haute trahison". Une peine qu'il devra purger dans une colonie pénitentiaire à régime sévère.

Le parquet avait requis 18 ans de prison lors de ce procès qui s'est déroulé à huis clos, tandis que les avocats de M. Satchkov avaient, eux, demandé l'acquittement.

Ilia Satchkov avait été arrêté en septembre 2021, et très peu de détails ont été dévoilés sur l'affaire, car les enquêtes pour "haute trahison" sont classées secret défense en Russie.

Selon l'accusation ce mercredi, Ilia Satchkov "aurait collecté des informations russes en 2011, sur instructions d'(un service) de renseignement étranger".

Sa société, le Group-IB, fondé en 2003, et devenu l'une des entreprises les plus réputées en matière de prévention des cyberattaques et, à ce titre, elle travaille avec de nombreuses sociétés occidentales, comme Interpol.

Dans une lettre ouverte publiée en novembre 2021, Ilia Satchkov avait affirmé n'être "ni un traître, ni un espion" mais un "ingénieur russe" qui a prouvé "à maintes reprises" sa "loyauté" envers sa patrie.

En février 2019, il avait été décoré par le président Vladimir Poutine pour sa "percée innovante" dans le domaine de la détection et de la prévention des cybermenaces, selon le site du Kremlin.

Les affaires de haute trahison se sont multipliées ces dernières années en Russie, parallèlement à l'aggravation des tensions avec les Occidentaux, visant notamment des scientifiques et des universitaires.

Sources additionnelles • AFP, AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine accueille plusieurs dirigeants africains à Saint-Pétersbourg

No Comment : une chaleur anormale à Saint-Pétersbourg, en Russie

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu