EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Blinken accuse Moscou "d'agression" sur l'alimentation mondiale

A. Blinken
A. Blinken Tous droits réservés Bebeto Matthews/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bebeto Matthews/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par afp
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Antony Blinken a accusé jeudi la Russie, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, de "chantage" sur l'accord céréalier de la mer Noire, dont elle s'est retirée en juillet.

PUBLICITÉ

"Chaque membre de ce Conseil, chaque membre des Nations unies doit dire à Moscou que cela suffit. Cela suffit de se servir de (l'accord céréalier de) la mer Noire pour faire chantage. Cela suffit de traiter les peuples les plus vulnérables de la planète comme une monnaie d'échange. Assez de cette guerre injustifiée et inadmissible" contre l'Ukraine, a martelé le secrétaire d'Etat. 

Les Etats-Unis ont pris le 1er août la présidence mensuelle du Conseil de sécurité et érigé en priorité la lutte contre l'insécurité alimentaire liée notamment aux conflits. C'est le thème de cette réunion au siège des Nations unies à New York présidée par M. Blinken.

Washington entend faire adopter une "déclaration commune condamnant l'utilisation de la nourriture comme d'une arme de guerre", qui a déjà été signée par 91 pays, a indiqué M. Blinken sur la télévision ABC.

Même si des diplomates américains ont assuré que leur ministre ne cherchait pas un "face-à-face avec la Russie" aux Nations unies, Moscou est clairement visée pour son invasion de l'Ukraine en février 2022 et son récent retrait de l'accord céréalier de la mer Noire.

"Au bout du compte, nous devons chercher un règlement à la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine et à l'agression qui s'en est suivie sur le système alimentaire mondial", a mis en garde le patron de la diplomatie américaine.

La Russie a refusé mi-juillet de prolonger cet accord qui autorisait les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire, entraînant une hausse des prix des céréales qui touche particulièrement les pays les plus pauvres.

Signée en juillet 2022 avec la Russie et l'Ukraine sous l'égide de la Turquie, pays facilitateur, et des Nations unies, l'Initiative sur les céréales en mer Noire vise à soulager les risques de famine dans le monde en garantissant malgré la guerre la mise sur le marché des productions agricoles ukrainiennes.

"La faim ne doit pas être transformée en arme de guerre", a réaffirmé M. Blinken

D'autant que "depuis que la Russie a quitté l'accord, le prix des céréales est reparti à la hausse, de plus de 17%", selon un responsable américain. En outre, mercredi, des attaques de drones russes ont provoqué d'importants dégâts sur les sites portuaires ukrainiens du Danube, des infrastructures devenues cruciales pour les exportations de céréales.

Au Conseil de sécurité, alors que M. Blinken était déjà parti depuis une heure, l'ambassadeur russe adjoint Dmitri Polianski a rétorqué qu'en raison des sanctions occidentales contre son pays, "il sera quasiment impossible de rétablir le fonctionnement normal des chaînes d'approvisionnement et de régler d'autres questions mondiales sur la sécurité alimentaire".

M. Blinken a aussi annoncé de nouveaux financements pour des programmes contre les risques sur l'alimentation et la malnutrition dans une dizaine de pays africains et à Haïti, à hauteur de 362 millions de dollars.

Parmi les multiples causes de la faim dans le monde, outre les conflits armés, figurent aussi les effets du changement climatique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Londres annonce un nouveau centre de recherche sur la sécurité alimentaire

Sommet Russie-Afrique : Vladimir Poutine promet des livraisons de céréales gratuites

Quand les céréales ukrainiennes dérangent 5 pays européens et la Russie...