EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Quand les céréales ukrainiennes dérangent 5 pays européens et la Russie...

Archives
Archives Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’exportation des céréales ukrainiennes est plus que jamais menacée. Le président Volodymyr Zelensky hausse le ton avec Bruxelles et 5 pays voisins. Les Etats-Unis font de même avec la Russie.

PUBLICITÉ

Bombardements russes d'un côté, restrictions de cinq Etats européens de l'autre. La production céréalière ukrainienne est au plus mal. Et face à l'éventualité de la prolongation de l'embargo sur les importations de céréales ukrainienne chez ses voisins roumains, polonais, hongrois, bulgare et slovaque, le président Volodymyr Zelensky a haussé le ton. Un message adressé à la commission européenne et aux dirigeants de ces cinq pays :

"Toute extension des restrictions est absolument inacceptable et carrément non-européenne. L'Europe a la capacité institutionnelle d'agir de manière plus rationnelle que de fermer une frontière à un produit particulier. Nous travaillons très activement avec tout le monde pour trouver une solution conforme à l'esprit de notre Europe."

Les céréales ukrainiennes sont donc en partie privée de débouchés sur le marché européen et, à cela, s'ajoute l'abandon par la Russie de l'important accord qui permettait l'exportation des céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire, les bombardements russes des silos à grains et des infrastructures portuaires ukrainiennes, et les menaces russes adressées aux navires qui se rendent dans ces ports. 

Les Etats-Unis ont donc eux aussi haussé le ton en s'adressant à Moscou par la voix de la porte-parole de Maison Blanche, Karine Jean-Pierre : 

"Les actions du Kremlin, y compris la suspension de sa participation à l'accord céréalier de la mer Noire, ont provoqué une grave volatilité des prix des denrées alimentaires, qui touche le plus durement les régions pauvres du monde. Nous demandons instamment à la Russie de cesser de cibler les approvisionnements alimentaires et de reprendre immédiatement sa participation à l'initiative céréalière de la mer Noire".

Le secrétariat des Nations Unis a le même message. Il craint les conséquences de la  suspension de cet accord pour les pays les plus pauvres. En une semaine, le cours mondial du blé a augmenté de plus de 14 %, et celui du maïs de plus de 10 %.

Sources additionnelles • AFP, AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Controverse au sein de l'UE sur les céréales ukrainiennes

Blinken accuse Moscou "d'agression" sur l'alimentation mondiale

Vladimir Poutine accueille plusieurs dirigeants africains à Saint-Pétersbourg