PUBLICITÉ

Niger : le régime militaire se dit ouvert à la voie diplomatique, selon la médiation nigériane

Des partisans de la junte au pouvoir au Niger
Des partisans de la junte au pouvoir au Niger Tous droits réservés Sam Mednick/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Sam Mednick/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le régime militaire au Niger s'est dit ouvert à une résolution de la crise par la voie diplomatique, a rapporté dimanche le chef d'une délégation de religieux nigérians, au lendemain de sa visite à Niamey.

PUBLICITÉ

Le général Abdourahamane Tiani a déclaré que "sa porte était ouverte pour explorer la voie de la diplomatie et de la paix afin de résoudre la crise", a affirmé dans un communiqué le Sheikh Bala Lau, le chef d'Izala, un mouvement islamique d'inspiration salafiste, à la tête de cette mission de médiation.

Cette dernière a été menée avec l'accord du président du Nigeria Bola Tinubu (également président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) qui avait rencontré ces chefs religieux plus tôt dans la semaine.

Toujours selon ce communiqué, le général Tiani, lors de leur entretien, "s'est également excusé de ne pas avoir accordé l'attention nécessaire à l'équipe envoyée par le président Tinubu et dirigée par l'ancien chef d'État, le général Abdulsalami Abubakar".

Le 3 août, une délégation de la Cedeao menée par le général Abubakar avait atterri à Niamey, mais en était repartie au bout de quelques heures seulement sans avoir pu rencontrer le nouvel homme fort du pays, le général Tiani.

Mardi dernier, une autre délégation, cette fois composée d'envoyés de la Cedeao, de l'Union africaine (UA) et de l'ONU n'avait pu se rendre à Niamey, le régime invoquant des raisons de sécurité.

Selon le communiqué de la médiation religieuse, le général Tiani a affirmé qu'il était "douloureux" pour les auteurs du coup que les dirigeants de la Cedeao "n'aient pas entendue leur version des faits avant de leur adresser un ultimatum".

Le 30 juillet dernier, soit quatre jours après le coup, les dirigeants de la Cedeao ont décidé de sanctionner financièrement le Niger et ont fixé un ultimatum de sept jours aux militaires pour rétablir l'ordre constitutionnel, menaçant d'un possible recours à la force en dernier ressort.

Jeudi dernier, lors d'un nouveau sommet, les dirigeants ont réaffirmé privilégier la voie diplomatique pour rétablir le président Mohamed Bazoum dans ses fonctions, tout en ordonnant une mobilisation et un déploiement de la "force en attente" de la Cedeao.

Selon le général Tiani, cité dans le communiqué de la médiation religieuse, les militaires ont renversé le président Bazoum "en raison d'une menace imminente qui aurait affecté non seulement la République du Niger, mais aussi le Nigeria".

Deux jours après le coup d'Etat le général Tiani avait justifié l'action de l'armée par "la dégradation sécuritaire" dans le pays miné par la violence de groupes jihadistes.

Selon le communiqué de la médiation religieuse, cette dernière doit rencontrer le président Bola Tinubu pour lui rapporter la teneur de leur discussion.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Niger : la Cedeao prête à "une intervention militaire"

Des troupes russes et américaines stationnées sur une même base militaire au Niger

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire