PUBLICITÉ

Paris 2024 : triathlon dans et autour de la Seine, un "test event" à enjeux pour la France

Le pont Alexandre III à Paris le 16 août 2023
Le pont Alexandre III à Paris le 16 août 2023 Tous droits réservés MIGUEL MEDINA/AFP or licensors
Tous droits réservés MIGUEL MEDINA/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Jusqu’au 20 août, les triathlètes plongent dans la Seine à Paris pour une répétition générale à un an des Jeux olympiques.

PUBLICITÉ

C’était un grand jour à un an des JO de Paris. Le triathlon mondial organisait son "test event" dans et autour de la Seine, à Paris, à partir de ce jeudi 17 août.

Dès 8h, 65 concurrentes ont plongé dans le fleuve au niveau du pont Alexandre III pour 1 500 m de natation jusqu’au pont de l’Alma, avant d’enchaîner sur 40 km à vélo puis 10 km de course à pied, comme on peut le voir sur les images plus bas.

C’est la triathlète britannique Beth Potter qui a remporté l’épreuve, moins d’un an avant l’échéance olympique dans la capitale, sur un parcours identique. Elle a battu au sprint la Française Cassandre Beaugrand, qui s’est par la même occasion qualifiée pour les JO.

Pour les triathlètes français, un podium cette semaine à Paris est en effet synonyme de qualification directe pour les Jeux selon les modalités de sélection exigeantes définies par la Fédération française en raison de la densité de l’équipe de France.

Une épreuve par jour jusqu’au 20 août

Les concurrentes féminines de ce "test event" seront imitées les jours suivants par les hommes, les paratriathlètes avant une clôture dimanche 20 août avec le relais mixte.

Début août, les épreuves de natation en eaux libres qui devaient se tenir dans la Seine avaient été annulées en raison de la pollution du fleuve.

La qualité de l’eau est revenue depuis à un "seuil satisfaisant", a expliqué la mairie de Paris mercredi, précisant que le niveau de bactérie Escherichia coli était repassé sous le seuil maximal réglementaire (1 000 UFC pour 100 ml).

La qualité de l’eau restera sous surveillance pendant les quatre jours de compétition avec des analyses quotidiennes en laboratoire et des outils de mesures instantanées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Athènes : le stade olympique fermé en raison de l'insécurité de son toit

JO 2024 : la promesse de Jeux "verts" ne convainc pas les experts

No comment : des étudiants propalestiniens manifestent à la Sorbonne