PUBLICITÉ

Aide au Maroc : un froid entre Paris et Rabat

AP
AP Tous droits réservés AP Video
Tous droits réservés AP Video
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Paris s'efforce d'atténuer la polémique naissante autour de l'aide humanitaire internationale acceptée par le Maroc.

PUBLICITÉ

Rabat n'a pas saisi l'offre française de participer aux secours à apporter aux victimes du tremblement de terre. 

La cheffe de la diplomatie française s'est attachée lundi à tuer dans l'oeuf la polémique sur les raisons pour lesquelles le Maroc, actuellement en froid avec Paris, n'a pas saisi cette proposition d'aide après le séisme dévastateur survenu ce week-end.

Le gouvernement marocain a annoncé dimanche avoir accepté le soutien de quatre pays : l'Espagne, la Grande-Bretagne, le Qatar et les Emirats arabes unis.

Lundi, Rabat n'avait toujours pas sollicité d'aide française, suscitant l'étonnement alors que le président Emmanuel Macron a déclaré dimanche que la France était prête à intervenir "à la seconde" où les autorités marocaines le demanderaient.

"C'est une mauvaise querelle, une querelle tout à fait déplacée", a déclaré la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, sur la chaîne BFMTV. "Le Maroc n'a refusé aucune aide, aucune proposition", a-t-elle ajouté, martelant que "le Maroc est souverain".

Le pays "est seul en mesure de déterminer quels sont ses besoins et le rythme auquel il souhaite que des réponses soient apportées", a-t-elle ajouté.

Au moins trois petites équipes de bénévoles français (pompiers, secouristes, médecins et infirmiers) sont d'ailleurs déjà parties de leur propre chef pour Marrakech, afin de participer aux secours.

Les relations entre le Maroc et la France, ancienne puissance coloniale où vit une importante diaspora marocaine, sont tendues depuis qu'Emmanuel Macron s'efforce de se rapprocher de l'Algérie qui a rompu en 2021 ses relations diplomatiques avec Rabat, accusé d"actes hostiles".

Des restrictions dans l'octroi de visas aux Marocains, levées en décembre dernier, avaient aussi grippé la relation.

Depuis des mois, il n'y a plus d'ambassadeur du Maroc en France.

Rabat s'impatiente également car Paris ne semble pas enclin à bouger les lignes sur l'épineux dossier du Sahara occidental contrôlé à près de 80% par le Maroc.

Le Maroc reproche à la France de ne pas s'aligner sur les Etats-Unis et Israël qui ont reconnu la "marocanité" du Sahara occidental, sacrée "cause nationale" par Rabat et alors que l'Espagne estime que le plan de Rabat proposant un plan d'autonomie sous sa souveraineté est "la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pays-Bas : fermeture définitive du plus grand gisement de gaz naturel d'Europe

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

La course contre la montre à Taïwan pour sauver les personnes disparues après le séisme