EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Belgique : des écoles vandalisées par des opposants à un cours d'éducation sexuelle

Quatre écoles de Charleroi ont été visées par des tentatives d'incendie
Quatre écoles de Charleroi ont été visées par des tentatives d'incendie Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews avec agence
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Quatre écoles de Charleroi ont été la cible de tentative d'incendies. Les auteurs seraient des partisans d'un mouvement hostile à un programme d'éducation sexuelle qui a créé une polémique en Belgique francophone.

PUBLICITÉ

La justice belge a ouvert mercredi une enquête pour "incendies criminels", après des départs de feu constatés dans la nuit de mardi à mercredi dans quatre écoles ciblées par des opposants à un cours d'éducation sexuelle qui suscite une polémique en Belgique francophone.

Les faits se sont produits à Charleroi (sud). Dans les quatre écoles, de niveau maternel et primaire, ont été découvertes des inscriptions hostiles à ce programme scolaire tout juste officiellement adopté par décret, a précisé à l'AFP Vincent Fiasse, procureur de la ville, qui pilote l'enquête.

"No Evras", mentionnaient des inscriptions en noir sur plusieurs murs, d'après des images des télévisions belges.

Un sigle qui fait référence à "l'Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle", un cours de deux heures par an pour deux classes d'âge destiné à répondre aux questions des élèves sur ces sujets sensibles.

Mais depuis la rentrée scolaire, le programme suscite une fronde sur les réseaux sociaux et des appels à manifester provenant de milieux ultra-conservateurs, notamment d'associations islamiques et de Civitas (catholiques intégristes).

Caroline Désir, la ministre francophone de l'Education, a dénoncé "une campagne de désinformation" destinée selon elle à "attiser la suspicion" et "faire peur aux parents".

"On ne va évidemment pas encourager une hyper-sexualisation chez les jeunes, ni susciter une orientation sexuelle ou une identité de genre. J'ai lu qu'on allait 'apprendre aux enfants à se masturber', c'est complètement inadmissible de faire peur aux parents sur ce sujet", a déclaré Mme Désir la semaine dernière à la radio La Première (RTBF).

Mercredi son cabinet a refusé de commenter les actes de vandalisme à Charleroi.

Mais le bourgmestre Paul Magnette, qui est aussi président du Parti socialiste francophone, a fustigé "une forme de terrorisme", "des actes barbares", et promis que la police ferait "le maximum pour retrouver le ou les auteurs de cette infamie".

Sur le réseau X (anciennement Twitter) il a évoqué quatre "tentatives d'incendie volontaire", saluant l'intervention rapide des pompiers qui a permis de limiter les dégâts.

Le cours "Evras", présenté par Mme Désir comme "une animation" de deux heures par des intervenants extérieurs agréés, concerne les élèves du sixième niveau de primaire (11-12 ans) et ceux du quatrième niveau de secondaire (15-16 ans).

Obligatoire depuis 2012 il n'était jusque là pas systématiquement assuré faute de moyens.

Son but est de "rassurer les élèves sur des questions qu'ils se posent à la puberté" et de les "protéger de situations potentiellement dangereuses ou problématiques", a insisté la ministre citant "sexisme, violences sexuelles, stéréotypes de genres".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi les adolescents de la génération Z veulent-ils moins de sexe à l'écran ?

La série "Sex Education" et le Planning familial français s'unissent pour répondre aux questions des ados

A Paris, le chantier de Notre-Dame en bonne voie