Fuite du gazoduc Finlande-Estonie : Helsinki soupçonne une intervention extérieure

Enquête sur la fuite d'un gazoduc.
Enquête sur la fuite d'un gazoduc. Tous droits réservés Jussi Nukari/Lehtikuva via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Il est probable que les dommages causés au gazoduc et au câble de télécommunications résultent d'une activité extérieure", a déclaré le président finlandais Sauli Niinistö.

PUBLICITÉ

La Finlande a annoncé mardi qu'elle soupçonnait qu'une intervention extérieure était à l'origine de la fuite sur le gazoduc connecté à l'Estonie et a reçu le soutien de l'Otan dans son enquête.

Le fonctionnement de l'infrastructure a été interrompu dimanche en raison de cette fuite, rendant inopérant le dernier gazoduc en service du pays après l'arrêt des importations russes.

Les enquêteurs finlandais n'ont pas relevé d'indice d'utilisation d'explosifs mais l'institut norvégien de sismologie a détecté une "explosion probable" dans la zone de la fuite.

Cet incident intervient un an après le sabotage du gazoduc Nord Stream transportant du gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne, le 26 septembre 2022, dont l'origine reste toujours une énigme.

"Il est probable que les dommages causés au gazoduc et au câble de télécommunications résultent d'une activité extérieure", a déclaré le président finlandais Sauli Niinistö dans un communiqué.

Outre le gazoduc, une "perturbation" affecte en effet le câble de télécoms sous-marin reliant la Finlande et l'Estonie via le golfe de Finlande, mais aucun client n'était touché, selon l'opérateur de télécoms Elisa.

La marine estonienne enquête sur les dommages causés à ce câble, selon les autorités de l'Estonie.

La cause de la fuite sur le gazoduc n'est pas encore claire et "l'enquête se poursuit, en coopération entre la Finlande et l'Estonie", a dit le président finlandais.

"L'ampleur des dommages est telle qu'ils ont dû être causés par une force, qui n'était pas, par exemple, un plongeur ou un petit robot sous-marin, les dommages sont plus massifs", a dit pour sa part le ministre estonien de la Défense, Hanno Pevkur, lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur une possible implication de la Russie, le Premier ministre finlandais Petteri Orpo a mis en garde contre toute conclusion prématurée.

"Il est important d'enquêter de façon approfondie et de rassembler toutes les informations disponibles, et de ne pas tirer de conclusions hâtives à ce stade", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Il n'y a pas d'indications (pour dire) que des explosifs ont été utilisés", a dit de son côté Timo Kilpeläinen, responsable des enquêtes au Bureau national d'enquêtes (NBI).

L'institut de sismologie norvégien Norsar a, lui "détecté une explosion probable au large de la côte finlandaise de la mer Baltique à 01h20 (22h20 GMT, ndlr) le 8 octobre 2023", selon son communiqué.

Appui de l'Otan

La Finlande a reçu l'appui de l'Otan, dont elle est devenue membre en avril après des décennies de neutralité. Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, a indiqué être en contact avec le président finlandais et être prêt à soutenir le pays.

"L'Otan partage les informations et se tient prête à soutenir les Alliés concernés", a écrit M. Stoltenberg sur X (ancien Twitter).

L'Alliance rappelle en outre qu'elle "s'emploie à renforcer la sécurité des infrastructures sous-marines".

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a apporté "tout son soutien et sa solidarité" aux deux pays touchés et a souhaité "une enquête complète", dans un message sur X.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les "navires fantômes" de la Russie près des gazoducs Nord Stream

Les gazoducs Nord Stream ont-ils été sabotés par des Ukrainiens ?

Nord Stream : la Suède confirme un sabotage des gazoducs