EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des journalistes condamnées en Iran après la mort de Mahsa Amini, pour "coopération" avec Washington

La Une du journal Hammihan à Téhéran annonce le verdict
La Une du journal Hammihan à Téhéran annonce le verdict Tous droits réservés ATTA KENARE/AFP or licensors
Tous droits réservés ATTA KENARE/AFP or licensors
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Elaheh Mohammadi, 36 ans, et Niloufar Hamedi, 31 ans, sont incarcérées dans la prison d'Evin à Téhéran depuis leur arrestation fin septembre 2022, quelques jours après le décès de la jeune Kurde iranienne de 22 ans.

PUBLICITÉ

Condamnées pour avoir documenté la mort de Mahsa Amini : après 5 mois de procès, deux journalistes iraniennes écopent de lourdes peines de prison. Sept ans pour Niloufar Hamedi, 31 ans : elle avait pris en photo la famille de la jeune iranienne décédée et l'avait postée sur les réseaux sociaux. Six ans de prison pour Elaheh Mohammadi, 36 ans, qui avait couvert les funérailles.

En août, la justice avait expliqué que leurs procès n'étaient pas liés principalement à l'affaire Amini mais à leur "coopération" avec le "gouvernement hostile des Etats-Unis", via l'ONG United for Iran basée en Californie.

 A l'issue de son procès, qui s'est tenu à huis-clos depuis le 29 mai, Elahe Mohammadi, reporter au quotidien Ham Mihan, a été condamnée à une peine de six ans de prison pour collaboration avec les États-Unis, de cinq ans pour complot contre la sécurité du pays et d'un an pour propagande contre la République islamique, a annoncé dimanche l'agence de la justice Mizan Online.

Jugée séparément, la photojournaliste Niloufar Hamedi, 31 ans, du quotidien réformateur Shargh, a elle été condamnée à une peine de sept ans de prison pour coopération avec les États-Unis, de cinq ans pour complot contre la sécurité du pays et d'un an pour propagande contre la République islamique, a ajouté la même source.

Dans le droit iranien, c'est la peine la plus lourde qui s'applique.

Alors que le verdict peut faire objet d'un appel dans un délai de 20 jours, les avocats des deux journalistes n'avaient pas réagi dimanche en milieu de journée.

Niloufar Hamedi avait été arrêtée moins d'une semaine après la mort de Mahsa Amini, alors qu'elle s'était rendue à l'hôpital où la jeune femme était hospitalisée et avait posté sur les réseaux sociaux une photo de la famille en deuil.

Mahsa Amini avait été arrêtée à Téhéran par la police des moeurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire de la République islamique, imposant notamment aux femmes le port du voile en public.

Elahe Mohammadi était pour sa part allée dans la ville natale de la jeune femme, à Saqqez (ouest) pour couvrir ses funérailles.

 La mort en détention de Mahsa Amini il y a un an a déclenché un vaste mouvement de protestation en Iran.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une architecte de 39 ans originaire d'Iran élue miss Allemagne 2024

Iran : deux journalistes qui avaient médiatisé l’affaire Mahsa Amini ont été libérées de prison

RSF publie son bilan annuel : le nombre de journalistes tués sur le terrain est en baisse