RSF publie son bilan annuel : le nombre de journalistes tués sur le terrain est en baisse

Des journalistes sur le terrain , photo provenant d'une vidéo AFP
Des journalistes sur le terrain , photo provenant d'une vidéo AFP Tous droits réservés AFP
Par Somaya Aqad , AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon Reporters sans frontières (RSF), le nombre de journalistes tués durant l'exercice de leur métier, 45 au 1er décembre 2023, est le plus bas depuis 2002, malgré la situation au Proche-Orient. 521 professionnels des médias sont emprisonnés à travers le monde.

PUBLICITÉ

Dans son rapport annuel Reporters sans frontières (RSF), indique tués durant l'exercice de leurs fonctions à 45 journalistes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions durant cette année 2023, contre 61 l’an dernier. soit 16 de moins que l'année précédente (61). Il s'agit du chiffre le plus bas enregistré depuis 2002 (33).

Le conflit entre Israël et le Hamas est particulièrement meurtrier pour les journalistes, 17 d’entre eux sont morts dans le cadre de leur métier.

Malgré tout, le nombre global de reporters tués dans le monde n’a jamais été aussi bas depuis 2002.

Il faut remonter à plus de 20 ans pour trouver un total plus bas que cette année (33 en 2002), où plus du tiers des pertes est lié au conflit au Proche-Orient, dont 13 rien qu’à Gaza.

Les zones de conflits causent la mort de journalistes

Dans la Bande de Gaza, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, au 17 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur métier, et 56 au total si l'on inclut les journalistes tués sans lien évident avec leur travail. Dans le monde, 521 journalistes sont derrière les barreaux pour des raisons arbitraires liées à leur profession.

"A Gaza, les journalistes paient un lourd tribut parmi les civils. Nous constatons que le nombre de journalistes tués dans l'exercice de leur métier est très élevé : au moins 13 pour un tout petit territoire. Nous avons déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) pour établir les faits et comment les journalistes ont été sciemment pris pour cible. sciemment pris pour cible. Au niveau mondial, il apparaît que le nombre de journalistes tués dans l'exercice de leur métier ou en raison de celui-ci a fortement diminué sur une longue période. Quelles en sont les raisons ? Les mesures de sécurité dans les salles de rédaction, la formation et l'attribution d'équipements de protection, la prudence, les effets de la lutte contre l'impunité et l'action des organisations intergouvernementales. Le travail des ONG a sans doute aussi un effet...", a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

En 2012 et 2013, plus de 140 journalistes ont perdu la vie, principalement en raison des guerres en Syrie et en Irak. La baisse progressive du nombre de personnes tuées dans l'exercice de leurs fonctions au cours des cinq dernières années s'explique en partie par la sécurité accrue des journalistes et la fin de la guerre civile.

Baisse significative du nombre de journalistes tués en Amérique Latine

 Bien que le nombre de reporters tués en Amérique latine ait diminué de manière significative, passant de 26 en 2022 à 6 en 2023, les journalistes ne travaillent pas en toute sécurité en Amérique latine, comme en témoignent les récents enlèvements et attaques armées au Mexique.

Le nombre record d'incidents violents en Amérique latine incite les journalistes à s'autocensurer, ce qui entraîne la prolifération de trous noirs dans la région, où le crime organisé et la corruption sont en tête de liste des sujets pour lesquels les journalistes sont sollicités.

Des journalistes emprisonnés dans le monde entier

Outre, le nombre de journalistes tués durant l'exercicede leurs fonctions, le rapport de RSF fait également état de  521 journalistes détenus dans le monde : La Biélorussie devient l'une des trois prisons du monde, avec la Chine et la Birmanie.

521 professionnels des médias commenceront l'année 2024 derrière les barreaux - ils étaient 569 en 2022.

569 en 2022. Cette année encore, la Chine reste la plus grande prison du monde pour les journalistes.

pour les journalistes. 121 professionnels des médias sont enfermés dans les prisons chinoises(dont 12 à Hong Kong et 42 au Xinjiang), soit près d'un quart (23%) de l'ensemble des journalistes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des journalistes condamnées en Iran après la mort de Mahsa Amini, pour "coopération" avec Washington

Chine : des journalistes étrangers arrêtés alors qu'ils couvraient les manifestations à Shanghai

La détention provisoire prolongée pour Evan Gershkovich