EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Entre salons et compétitions, la passion de l'automobile vrombit au Qatar

Entre salons et compétitions, la passion de l'automobile vrombit au Qatar
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Laila Humairah, Aadel Haleem & Didier Burnod
Publié le Mis à jour
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Salon international de l'automobile de Genève a fait un tour de piste au Qatar, en étant organisé pour la première fois à Doha. Occasion de jauger la passion de la région pour les nouveautés du secteur, mais aussi pour les sports mécaniques.

PUBLICITÉ

Le Salon international de l'automobile de Genève présente les dernières tendances du secteur depuis 1905. Cette année, pour la première fois de son histoire, il s'est tenu hors de Suisse, au Qatar.

"Dix voitures totalement nouvelles"

Parmi les grandes révélations de cette édition 2023, la toute nouvelle McLaren 750S, qui sera commercialisée dans la région en décembre. "Le Salon permet d'amener un public très divers, des personnes très fortunées au passionné lambda, devant les produits qui nous tiennent tant à cœur," souligne Robert Holtshausen, directeur du marché auto chez McLaren Moyen-Orient et Afrique.

Mais la 750S n'était que l'un des nombreux nouveaux produits révélés au salon du Qatar. Dix premières mondiales, vingt révélations régionales, trente constructeurs automobiles de renom, le tout sous un même toit. "C'est incroyable : nous avons dix voitures totalement nouvelles qui n'ont jamais été présentées dans le monde et nous ne sommes pas à Détroit, ni à Francfort, ni à Paris, ni à Tokyo," s'enthousiasme Berthold Trenkel, directeur des opérations de Qatar Tourism.

Un salon "décentralisé"

Que vous soyez acheteur, collectionneur ou passionné de voitures, le salon de Genève est considéré par beaucoup, comme le salon automobile le plus important d'Europe. Les organisateurs qui font leur première incursion au Moyen-Orient espèrent que sa déclinaison au Qatar deviendra bientôt le salon automobile le plus important de la région.

"Pour nous, le premier défi était d'organiser un salon décentralisé : ce que nous appelons un festival," indique Sandro Mesquita, PDG du Salon international de l'automobile de Genève"Car le cœur de l'événement se trouve dans les halls, avec le salon de l'automobile, mais nous sommes également présents sur la piste de Lusail, dans le désert, sur le boulevard de Lusail," décrit-il. "Nous voulions donc créer une expérience avec des présentations statiques, mais aussi dynamiques," indique-t-il.

Chez Volkswagen, représenté au Salon, on indique : "Le Moyen-Orient nous correspond parfaitement car la culture arabe est axée sur la famille et les relations. Nous sommes une marque liée au mode de vie, à la famille et cela correspond parfaitement à la culture arabe," assure Matthias Ziegler, directeur général de Volkswagen Moyen-Orient.

Matthias Ziegler, directeur général de Volkswagen Moyen-Orient, présentant un nouveau modèle de SUV de sa marque
Matthias Ziegler, directeur général de Volkswagen Moyen-Orient, présentant un nouveau modèle de SUV de sa marqueEuronews

Du côté de Mercedes-Benz, la marque a révélé au Qatar, de nombreuses nouveautés pour la région, des moteurs thermiques traditionnels aux véhicules électriques. "Nous nous concentrons sur la construction de voitures désirables et sur la croissance du haut de gamme dans les marchés du luxe et cette région est celle du luxe," fait remarquer Selvin Govender, directeur des ventes chez Mercedes-Benz Moyen-Orient & Afrique.

Et le salon de l'automobile de Genève au Qatar ne s'arrêtera pas là. Il reviendra à Doha tous les deux ans, en parallèle du Grand Prix de Formule 1 du Qatar.

Circuit international de Lusail : un haut lieu des sports mécaniques

Au Qatar, les voitures puissantes ont aussi leur place sur les pistes, en particulier sur le Circuit international de Lusail, haut lieu du sport automobile au Qatar. Après avoir accueilli une nouvelle édition passionnante du Grand Prix du Qatar de Formule 1, le site se prépare à accueillir l'équivalent moto, la course de MotoGP.

Amro Al-Hamad, le PDG du Circuit international de Lusail, revient pour nous, sur la deuxième édition du Grand Prix de Formule 1 qui vient de se tenir au Qatar. "C'était très exaltant d'accueillir tout le monde dans nos nouvelles installations, (...) nous avons aménagé notre équipement pour accueillir la course de F1 en un temps record," se félicite-t-il. "L'affluence a été énorme : 126.000 personnes sur trois jours contre 15.000 personnes par jour en 2021," indique-t-il. "Si cela nous dit une chose, c'est bien que les sports mécaniques sont en train de devenir populaires, en tout cas, un événement auquel assister au Qatar," estime-t-il.

Mais de nouveaux grands événements sont déjà en préparation. "La prochaine étape sera le MotoGP qui se déroulera du 17 au 19 novembre prochain, suivi du championnat de karting du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, prévu en décembre," précise Amro Al-Hamad. "Ensuite, nous passons à 2024 où nous aurons le prologue du Championnat du monde d'endurance, puis la première manche du Championnat, et enfin, le MotoGP en mars," décrit-il.

Le PDG du Circuit international de Lusail salue la présence du Salon international de l'automobile de Genève au Qatar. "Parallèlement à la course de F1, le Salon a fait émerger un véritable festival du sport automobile, plutôt que deux manifestations distinctes, et d'ailleurs, elles se complètent l'une l'autre," dit-il. "Ce festival se déroulera ces dix prochaines années," annonce-t-il, rappelant son objectif général de promouvoir les sports mécaniques. "Il faut que les jeunes aient envie de faire partie de notre aventure dans les sports mécaniques et le fait d'organiser tous ces événements internationaux au Qatar nous aide à atteindre cet objectif," indique-t-il.

Toujours plus d'électrique

Les véhicules électriques sont de plus en plus présents dans les salons automobiles du monde entier. Leurs ventes devraient augmenter de 16% par an d'ici à 2035

À l'occasion du Salon international de l'automobile de Genève, deux équipes ont relié Genève à Doha à bord de deux vans électriques Volkswagen ID. Buzz dans l'idée de repousser les limites de l'électromobilité. Un périple baptisé "Tour de l'Excellence".

"Il y a eu de nombreux défis, de nombreux problèmes à surmonter, c'était un voyage rempli d'émotions, d'enthousiasme et de rencontres passionnantes," raconte celui qui a dirigé le parcours, Frank M. Rinderknecht, PDG de Rinspeed AG. "Les paysages étaient extraordinaires, donc c'était très intense et probablement, une expérience qui n'arrive qu'une fois dans une vie," reconnaît-il.

Ce voyage historique a fait de Frank et de ses équipiers, les premiers à traverser l'Arabie Saoudite d'Ouest en Est à bord de voitures électriques. Une expérience synonyme d'esprit pionnier, mais aussi de succès marquant pour ce mode de motorisation innovant. "Nous devons abandonner les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables et cette étape dans notre manière de voir les choses est déjà un grand pas vers cet objectif qui consiste, non pas à consommer des carburants en générant des émissions, mais à rendre cette industrie circulaire," assure Frank M. Rinderknecht.

Un marché très disputé

Des vans aux voitures, en passant par les bus, les modèles électriques ont eu une place très importante au Salon international de l'automobile de Genève.

Le service de transport qatari Mowasalat, par exemple, a présenté un minibus qui non seulement est totalement électrique, mais aussi autonome. Ces véhicules marquent une nouvelle étape dans le partenariat entre Mowasalat et l'entreprise chinoise Yutong qui vise à promouvoir l'utilisation de bus électriques pour le grand public.

PUBLICITÉ
Le service Mowasalat a dévoilé au salon, un minibus électrique et sans chauffeur
Le service Mowasalat a dévoilé au salon, un minibus électrique et sans chauffeurEuronews

Dans le même temps, de nouvelles marques de modèles électriques comme Lucid, VinFast et Exeed ont également dévoilé des nouveautés, exacerbant ainsi la concurrence dans un segment de marché déjà très disputé.

Lynk & Co est une autre marque qui cherche à étendre sa présence au Moyen-Orient. "Notre modèle phare, le Lynk & Co 09 est un SUV à sept places : je pense que cette voiture aura un immense succès dans les pays du Golfe," assure Derek Peng, directeur du marketing Asie-Pacifique chez Lynk & Co. Pour faciliter son positionnement sur le marché local, Lynk & Co s'est associé aux qataris NBK Group et Auto Class Cars. Ces concessionnaires renommés ont des décennies d'expérience dans la distribution de marques prestigieuses comme Mercedes et Harley Davidson.

"Le plus important, c'est de rêver"

Alors que de plus en plus d'entreprises accélèrent leurs efforts pour favoriser leur croissance tout en devenant plus vertes, Frank M. Rinderknecht et son équipe sont prêts pour leur prochaine aventure.

"Sur notre liste de destinations, nous avons la Patagonie, le sud de l'Amérique du Sud," précise-t-il. "Nous ne savons pas encore si nous pourrons faire ce voyage à l'électricité ou dans une voiture classique, mais le plus important, c'est de rêver et rêver, c'est formidable !" lance-t-il pour conclure.

Partager cet article

À découvrir également

Le haut niveau du basket marque des points au Qatar

Technologie, service et talents : la stratégie du Qatar dans la santé

Made in Qatar : un symbole de qualité pour ces entreprises qui façonnent l'avenir économique du pays