Le haut niveau du basket marque des points au Qatar

Le haut niveau du basket marque des points au Qatar
Tous droits réservés euronews
Par Laila Humairah, Aadel Haleem & Didier Burnod
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que le Qatar accueillera en 2027, une nouvelle Coupe du monde, celle dédiée au basket, tour d'horizon des joueurs, clubs et compétitions qui contribuent à l'essor de ce sport dans le pays.

PUBLICITÉ

Soutenir et former de jeunes talents est l'une des manières dont la Fédération de basket du Qatar espère produire de futurs champions. Nous rencontronsquelques-uns des jeunes espoirs de l'équipe qatarie junior qui travaillent sans relâche pour avoir la chance de représenter leur pays à la Coupe du monde FIBA 2027.

Mais avant cela, ils participent au Championnat d'Asie des moins de 16 ans de la FIBA, organisé au Qatar. Pour la plupart d'entre eux, c'est la première fois qu'ils disputent une compétition internationale.

"Nous avons mis en place un programme pour la région dans le but de faire émerger la prochaine génération de joueurs de l'équipe première, même chose pour les moins de 18 ans," explique Stavros Mykoniatis, entraîneur de l'équipe nationale du Qatar des moins de 16 ans. "Selon nous, c'est une très bonne occasion pour les jeunes de profiter de cette expérience pour l'avenir," indique-t-il en faisant référence au Championnat d'Asie de la classe d'âge de ses joueurs.

En jouant contre certaines des meilleures équipes d'Asie, comme l'Iran et l'Australie, il y a forcément des victoires et des défaites et l'entraîneur et son équipe veillent à ce que les garçons comprennent que cela fait partie du jeu.

"Nous essayons d'agir sur le ressenti parce que le basket et le match procurent des émotions qui peuvent changer très rapidement, tout comme la position du ballon, mais aussi de trouver quelque chose qui les aide à mieux jouer, à jouer de manière plus intense," souligne leur entraîneur.

Mohamed Massamba Ndao, capitaine de l'équipe du Qatar des moins de 16 ans : "L'objectif, c'est d'être le meilleur"

Actuellement, les projecteurs sont braqués sur le meneur de jeu Abdulla Yasin Mousa, 15 ans, et Mohamed Massamba Ndao, capitaine de l'équipe, tous deux désignés comme les prochaines superstars du basket au Qatar.

En dehors du terrain, Mohamed montre l'exemple. Qu'il gagne ou qu'il perde, il reste motivé pour améliorer son jeu."Je ne suis jamais satisfait, si je sens que je peux faire mieux, je ne me laisserai pas impressionner, je vais continuer à travailler, à avancer," assure-t-il.

L'espoir est que tout ce travail acharné culmine sur la scène mondiale en 2027, quand le Qatar accueillera la Coupe du monde de la FIBA. À ce moment-là, Mohamed et Abdulla seront certainement à leur meilleur niveau pour représenter de nouveau le Qatar, à domicile. "L'objectif, c'est d'être le meilleur et pour cela, il faut toujours se donner à 100%," indique Mohamed. "Je travaille dur chaque fois que j'en ai l'occasion et c'est peut-être la plus grande compétition au monde, donc je travaille très dur pour cela," dit-il, déterminé.

Mohamed Hassan alias "Mizo", heureux de l'essor de son sport dans son pays

Pour savoir ce que c'est de porter le maillot du Qatar dès son plus jeune âge, il n'y a pas de meilleur interlocuteur qu'un homme qui a lui-même emprunté cette voie. Nous rencontrons Mohamed Hassan, mieux connu sous le nom de "Mizo", qui occupe le poste d'arrière au Al Shamal Sports Club, pour avoir son avis sur ce qu'il en coûte d'atteindre le plus haut niveau du basket professionnel et sur les perspectives de ce sport au Qatar.

"J'ai débuté quand j'avais quatre ans, mon père était entraîneur et ancien joueur de basket, c'est lui qui m'a appris à jouer et qui m'a fait devenir ce que je suis," précise-t-il.

Il poursuit en expliquant l'importance de son modèle, Kobe Bryant. "Il était le Michael Jordan de mon époque, je suis né en 1991 et le regarder affronter Allen Iverson, c'était incontournable à l'époque," affirme-t-il.

Nous l'interrogeons sur sa carrière. "J'ai commencé à jouer dans l'équipe nationale très jeune, à l'âge de 15 ans," raconte Mohamed Hassan alias Mizo. "J'étais heureux de représenter l'équipe nationale du Qatar au Championnat d'Asie FIBA, j'ai démarré en tirant les premiers lancers francs contre l'équipe nationale des Philippines en 2010, j'étais là quand on a fini troisièmes en Asie contre le Japon, j'ai marqué le "buzzer beater" en 2012 et en 2019, j'ai participé au match contre l'équipe nationale d'Australie," décrit-il avant d'ajouter : "C'était un rêve pour l'enfant que j'étais."

Sur l'essor de son sport dans son pays, il indique : "Je vois que le Qatar investit beaucoup dans le sport et dans les athlètes de nombreuses disciplines différentes. Je suis donc heureux de voir mes homologues et amis sportifs de haut niveau faire ce qu'ils font, pratiquer le sport qu'ils aiment et, en particulier, le basket," confie-t-il. "Ce sport [le basket] a beaucoup évolué et s'est beaucoup développé dans le pays," constate-t-il.

Tous les regards sont tournés vers le basket

Bien qu'il reste encore quelques années avant que la Coupe du monde de basket ne soit accueillie au Qatar, le pays organise déjà des compétitions internationales de dans cette discipline. Le Championnat international de basket de Doha a ainsi vu s'affronter 8 équipes de 7 pays. Peu de temps après, 14 pays étaient représentés au Championnat arabe des clubs de basket.

Le Championnat international de basket de Doha en a à sa deuxième session. Il réunit également des équipes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Pour la première fois, les Meralco Bolts de l'Association philippine de basket étaient présents.

"Il s'agit d'obtenir davantage d'expertise de toutes les régions et d'essayer de les réunir à Doha," fait remarquer Samer Saadeh, Managing Partner de Doha Active Sports. "S'agissant des Philippins, on connaît leur amour pour ce sport. C'est la même chose au Liban. Dans ce pays, le basket est le sport numéro 1. (...) On essaie de faire émerger cet état d'esprit, ici aussi, et j'espère que nous y arriverons," indique-t-il.

Sergio El Darwich, du Liban, arrière vedette du Beirut Club, estime que l'attribution au Qatar de l'organisation de la Coupe du monde de basket 2027 est une victoire pour toute la région.

"Pour l'ensemble du Moyen-Orient, c'est une bonne chose de voir que les pays arabes accueillent des compétitions de cette envergure et j'en suis très fier parce que je suis arabe moi aussi ; cela va être passionnant à l'avenir et dans les quatre prochaines années," estime-t-il.

PUBLICITÉ

Samer Saadeh renchérit : "La FIFA a passé le relais à la FIBA, comme on aime à le dire. Tous les regards sont donc tournés vers le basket, nous allons organiser de nombreux tournois et événements en lien avec le basket, avec le soutien total de la Fédération et du Comité olympique," indique-t-il.

Pour Omar Al-Ziani, le basket, c'est toute sa vie. Ce jeune homme de 20 ans est meneur de jeu au sein de l'équipe qatarie Al Ahli, l'une des dix-huit en lice au Championnat arabe des clubs de basket organisé pour la première fois au Qatar. Il est impatient de participer à la Coupe du monde 2027. "Les mots me manquent, je vais pouvoir voir les plus grands basketteurs jouer sous mes yeux, dans ma ville natale. Que demander de plus ?" lance-t-il, souriant.

Partager cet article

À découvrir également

Entre salons et compétitions, la passion de l'automobile vrombit au Qatar

De l'élite du MMA aux jeunes pratiquants de Taekwondo : immersion dans les sports de combat au Qatar

Le plus haut niveau du tennis et du beach volley en force au Qatar