La Chine et l'Australie normalisent leurs relations diplomatiques et commerciales

La Chine et l'Australie peuvent devenir des partenaires "de confiance", selon Xi
La Chine et l'Australie peuvent devenir des partenaires "de confiance", selon Xi Tous droits réservés Lukas Coch/AAP IMAGE
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président chinois Xi Jinping a assuré que la Chine et l'Australie peuvent devenir des "partenaires de confiance", en recevant lundi à Pékin le Premier ministre australien Anthony Albanese, une rencontre symbole du dégel des relations diplomatiques après des années de tensions.

PUBLICITÉ

Les deux nations "n'ont pas de griefs historiques ou de contentieux ni de conflits d'intérêts fondamentaux. Et elles peuvent vraiment devenir des partenaires de confiance et réussir ensemble", a déclaré M. Xi, selon des propos rapportés par la télévision d'Etat CCTV.

Les deux dirigeants se sont rencontrés à Pékin à l'occasion d'une visite de quatre jours de M. Albanese en Chine. Le géant asiatique est le principal partenaire économique de Canberra. Mais les liens bilatéraux s'étaient fortement dégradés.

M. Xi a déclaré à M. Albanese que Pékin espère "développer pleinement le potentiel du traité de libre-échange entre la Chine et l'Australie et entreprendre une coopération dans de nouveaux domaines dont le changement climatique et l'économie verte".

"Alors que certains s'efforcent de causer des troubles dans la région Asie Pacifique, nous devons tout d'abord rester vigilants, et ensuite les combattre," a affirmé le dirigeant chinois.

En 2018, le gouvernement australien avait exclu le groupe privé chinois Huawei du réseau 5G du pays. En 2020, il avait demandé une enquête internationale sur les origines du Covid-19, initiative que Pékin avait jugée politiquement motivée car émanant d'un proche partenaire des Etats-Unis.

Les relations s'étaient également tendues en raison de différends sur de supposées opérations d'influence chinoises en Australie.

En réponse, la Chine avait imposé des droits de douane élevés sur des exportations australiennes clés, telles que l'orge, le bœuf et le vin.

Pékin avait également cessé d'acheter en Australie d'importantes quantités de matières premières, dont le charbon, privant le pays de milliards de dollars de revenus.

Nombre des restrictions au commerce ont toutefois été progressivement levées depuis le retour des travaillistes et de M. Albanese au pouvoir en mai 2022.

Au début de sa rencontre avec Xi Jinping, M. Albanese, premier dirigeant australien à se rendre en Chine depuis plus de sept ans, a salué l'évolution "incontestablement très positive" des relations bilatérales, selon des propos retransmis par la télévision publique australienne ABC.

"Renforcer la coopération"

"Les échanges commerciaux sont plus libres et cela bénéficie à nos deux pays", a souligné M. Albanese.

"Nous pouvons bien évidemment saisir l'occasion aujourd'hui de voir comment renforcer la coopération" entre la Chine et l'Australie, a-t-il déclaré.

Malgré le dégel, le Premier ministre australien avait précisé le mois dernier que les deux pays n'étaient pas alignés sur le plan stratégique et qu'ils avaient une histoire et des valeurs différentes.

"Nous devons coopérer avec la Chine quand nous le pouvons" et "être en désaccord quand c'est nécessaire", a-t-il déclaré lundi à la presse.

La Chine critique par ailleurs vivement le pacte de sécurité Aukus, signé par l'Australie avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui ne cache pas sa volonté de contrer l'influence chinoise en Asie-Pacifique.

Ce pacte comprend notamment la livraison à Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire. Pékin y voit une menace pour sa sécurité, mais aussi un accord qui contrevient aux règles de non-prolifération nucléaire.

Journaliste libérée

Les réunions de cette semaine entre M. Albanese et les responsables chinois permettront à Pékin de se présenter comme un "partenaire bienveillant" accueillant un ami revenant dans le droit chemin, a estimé Courtney Fung, analyste d'Asia Society Australia, un groupe de réflexion dédié à l'Asie.

"La Chine ne voudra pas s'attarder sur les critiques concernant sa coercition économique ou sa diplomatie des otages", a expliqué l'analyste à l'AFP.

PUBLICITÉ

La Chine a libéré le mois dernier la journaliste australienne Cheng Lei, qui travaillait pour la télévision publique chinoise anglophone CGTN et qui était détenue depuis plus de trois ans sous l'accusation de "divulgation de secrets d'Etat à l'étranger".

Sa libération a ravivé les espoirs des fils de l'écrivain australien Yang Jun, emprisonné en Chine depuis 2019. Ils ont demandé mercredi au Premier ministre australien d'évoquer le sort de leur père lors de son voyage à Pékin.

La Chine va vouloir présenter cette visite de M. Albanese comme une reconnaissance par l'Australie de ses erreurs passées, juge Yun Sun, chercheuse au Stimson Center, établi à Washington. "Elle va présenter M. Albanese comme (un dirigeant) étant du bon côté de l'histoire et faisant le bon choix pour le bien de l'économie (australienne), en particulier pour les entreprises tournées vers l'export, dont le secteur du vin", souligne-t-elle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Poutine à Pékin pour le forum des Nouvelles routes de la soie

NO COMMENT : Paris célèbre le nouvel an chinois

Chine : un séisme de magnitude 7,1 a frappé une partie de la région du Xinjiang