EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Loi d'amnistie : les Espagnols toujours divisés, Pedro Sanchez reconduit

Des manifestants traitant Pedro Sanchez de dictateur pendant le débat d'investiture, Madrid, 15 novembre 2023
Des manifestants traitant Pedro Sanchez de dictateur pendant le débat d'investiture, Madrid, 15 novembre 2023 Tous droits réservés Andrea Comas/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Andrea Comas/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pays est toujours profondément divisé sur la loi d’amnistie des séparatistes catalans alors que Pedro Sanchez obtient la confiance des députés espagnols.

PUBLICITÉ

Les manifestations continuent en Espagne contre l'accord d'amnistie des séparatistes catalans, alors que le Premier ministre par intérim Pedro Sanchez a obtenu la confiance des députés espagnols ce jeudi pour rester à la tête du pays. 

Désormais investi, Pedro Sanchez va former dans les jours à venir un nouveau gouvernement avec ses alliés de la coalition d'extrême gauche Sumar, mettant fin à près de quatre mois de blocage depuis les élections législatives du 23 juillet. 

Mais les Espagnols sont profondément divisés quant à la décision de Sanchez de concéder cette amnistie pour pouvoir rester au pouvoir à l'image d'Alberto Peña, 43 ans, et d'Emilio García, 37 ans : 

"La loi d'amnistie est totalement inconstitutionnelle, elle ne peut donc pas être approuvée. Et une grande partie de ces manifestations sont contre cette loi d'amnistie, loi qui vise à gracier tous ceux qui ont brisé l'unité de l'Espagne" explique Alberto.

"Ils trahissent tout le peuple espagnol en faisant un pacte avec les criminels. Cela ne doit en aucun cas se faire. Cela reviendrait à mettre le peuple espagnol à genoux devant les criminels" estime Emilio.

A l'intérieur du Parlement, l'ambiance n'est pas moins conflictuelle.

Les partis d'opposition, conservateurs et d'extrême droite, accusent Pedro Sanchez de trahir la nation. 

Les juges espagnols ont également émis des critiques, estimant qu'il s'agissait d'une intrusion du pouvoir législatif dans le judiciaire qui va l'encontre de la séparation des pouvoirs. 

Pedro Sanchez s'est assuré le soutien de six petits partis afin de pouvoir rétablir sa coalition minoritaire et celui des deux partis séparatistes en échange de l'amnistie.

Sources additionnelles • AFP, EFE

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La future amnistie des indépendantistes catalans reste en travers de la gorge des Espagnols

Euro 2024 : les Espagnols font un triomphe à leur équipe nationale à Madrid

No comment : championnats du monde de kitesurf et de wingsurf