EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Israël : un accord pour la libération des otages serait "proche", selon des sources gouvernementales

Familles et proches des otages retenus à Gaza
Familles et proches des otages retenus à Gaza Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Shona Murray
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

D'après plusieurs sources concordantes, un accord visant à libérer les otages retenus par le Hamas est sur le point d'être conclu.

PUBLICITÉ

Selon des sources au sein du gouvernement israélien qui ont parlé à Euronews, un accord pour la libération des otages détenus par le Hamas serait en voie de finalisation.

Ces sources indiquent que jusqu'à 40 enfants ainsi qu'une vingtaine de femmes et de personnes âgées pourraient être libérés en échange d'un cessez-le-feu s'étendant sur une période de 3 à 5 jours. En contrepartie, la libération de certains prisonniers palestiniens détenus en Israël serait envisagée.

Pendant que ces tractations sont en cours, les familles des otages maintiennent une pression constante sur le gouvernement israélien, espérant le retour de leurs proches actuellement retenus à Gaza.

Sharone Lifschitz, dont la mère Yocheved, âgée de 85 ans, a été libérée quelques semaines après son enlèvement, livre son témoignage. 

"Tant de membres de nos communautés sont morts. Il y a tant d'otages. Beaucoup sont profondément traumatisés. Notre maison a brûlé. Notre communauté est dispersée à travers le pays. Le cœur de ma mère est à Gaza avec ceux qui s'y trouvent", a-t-elle partagé lors d'une entrevue avec Euronews.

Après avoir été libérée, Yocheved Lifschitz avait témoigné avoir été "bien traitée" durant sa captivité dans la bande de Gaza, exprimant qu'elle n'éprouvait aucune rancune envers les Palestiniens.

Néanmoins, sa fille Sharone exprime une perspective différente sur cette situation délicate : "Je pense que la façon dont elle a été traitée n'est qu'une infime partie d'une histoire où des crimes horribles ont été commis. Il y a eu 1 400 morts. Des gens ont été mutilés et brûlés vifs."

Pour Sharone, le Hamas incarne la pire des organisations terroristes : "L'ensemble de Gaza est sous l'emprise du Hamas. Ce sont des criminels. C'est une organisation terroriste plus terrible que Daech, pire que Boko Haram. Les atrocités qu'ils ont commises sont indescriptibles."

Pressions internationales et escalade militaire

En parallèle, des sources font état de pressions exercées par Washington sur Tel Aviv afin d'atténuer la crise humanitaire à Gaza et faciliter la livraison de carburant aux hôpitaux.

Simultanément, l'armée israélienne intensifie ses opérations dans la bande de Gaza, en anticipation d'un potentiel cessez-le-feu.

Des obstacles "mineurs" avant un accord sur les otages (Qatar)

Dimanche, le Premier ministre qatari a également affirmé que la libération des otages reposait désormais sur des questions pratiques "mineures", sans toutefois fournir de calendrier.

"Les défis qui subsistent dans les négociations sont très mineurs (...) Ils sont plus logistiques, ils sont plus pratiques", a déclaré Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani lors d'une conférence de presse à Doha au côté du chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell.

Les négociations en vue d'un accord ont connu "des hauts et des bas au cours des dernières semaines. Je pense que je suis désormais plus confiant dans le fait que nous sommes suffisamment proches pour parvenir à un accord qui permettra à ces gens (les otages) de rentrer chez eux en toute sécurité", a-t-il ajouté.

M. Borrell, qui devait rencontrer l'émir du Qatar avant de se rendre en Jordanie, a appelé à la "libération sans condition" de tous les otages, et a dénoncé l'attaque du Hamas contre Israël.

"Il n'y a pas de hiérarchie entre les horreurs, une horreur ne justifie pas une autre", a-t-il dit, appelant à la fin de l'escalade de la violence et à une "paix durable" dans la région.

L'attaque du Hamas menée le 7 octobre sur le sol israélien a fait 1 200 morts, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes qui estiment qu'environ 240 personnes ont été prises en otages par le mouvement islamiste palestinien ce jour-là.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007. Les bombardements israéliens sur la bande de Gaza ont depuis fait 12 300 morts, essentiellement des civils, selon le gouvernement du mouvement palestinien.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Interview exclusive de l'ancien Premier ministre Ehud Olmert : "Nous devrons détruire le Hamas"

L'armée israélienne intensifie sa traque à al-Chifa, après un raid sur Jénine en Cisjordanie

Gaza : l'armée israélienne dit avoir trouvé le corps d'une otage du Hamas