EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Yémen : les rebelles Houthis affirment s'être emparés d'un navire israélien, Tel-Aviv dément

navire
navire Tous droits réservés Kristijan Bracun/AP
Tous droits réservés Kristijan Bracun/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les rebelles Houthis au Yémen ont affirmé s'être emparés dimanche d'un navire commercial israélien en mer Rouge et l'avoir détourné vers la côte yéménite, selon un dirigeant Houthi, tandis que l'armée israélienne a démenti qu'il s'agissait d'un navire israélien.

PUBLICITÉ

Cette affirmation intervient quelques jours après la menace des rebelles soutenus par l'Iran de prendre pour cible des navires israéliens dans cette mer située entre l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, en raison de la guerre menée par Israël contre le Hamas palestinien dans la bande de Gaza.

"Les forces navales des forces armées yéménites ont mené une opération militaire en mer Rouge, dont le résultat est la saisie d'un navire israélien et son transfert vers la côte yéménite" a indiqué le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, sur le réseau social X.

"Les forces armées yéménites traitent l’équipage du navire conformément aux enseignements et aux valeurs de notre religion islamique", a ajouté le porte-parole, soulignant que cet acte était "fondé sur la responsabilité religieuse, humanitaire et morale envers le peuple palestinien opprimé, et le siège injuste auquel il est soumis, ainsi que la poursuite des massacres horribles et odieux perpétrés par l'ennemi israélien".

"Les forces armées yéménites confirment qu'elles continueront à mener des opérations militaires contre l'ennemi israélien jusqu'à ce que cesse l'agression contre la bande de Gaza et jusqu'à ce que les crimes odieux contre nos frères palestiniens à Gaza et en Cisjordanie cessent", a ajouté le porte parole.

"Les opérations des forces armées ne menacent que les navires de l’entité israélienne et ceux appartenant à des Israéliens, comme nous l’avons indiqué dans une précédente déclaration", a-t-il encore dit.

Une source maritime du port de Hodeida (ouest), contrôlé par les rebelles, a indiqué de son côté que "les Houthis avaient saisi un navire commercial et l'avaient conduit jusqu'au port d'Al-Salif à Hodeida".

Diverses nationalités

Pour sa part, l'armée israélienne a démenti qu'il s'agissait d 'un navire israélien. "Le navire a quitté la Turquie à destination de l'Inde, avec à son bord des civils de diverses nationalités, mais aucun Israélien. Il ne s'agit pas d'un navire israélien", a souligné l'armée.

Les Houthis, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa, font partie de ce qu'ils qualifient d'"axe de la résistance" contre Israël, qui compte des groupes soutenus par l'Iran, comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais.

"Nos avons les yeux ouverts pour surveiller et rechercher en permanence tout navire israélien", avait déclaré leur chef, Abdel Malek al-Houthi, dans un discours sur Al-Massira, la chaîne de télévision des Houthis.

"L'ennemi (Israël) a recours au camouflage dans ses déplacements en mer Rouge, en particulier dans le détroit de Bab al-Mandeb. Il n'a pas osé hisser des drapeaux israéliens sur ses navires (...) et a éteint les dispositifs d'identification", a-t-il affirmé.

"Nous allons rechercher et vérifier les navires qui lui appartiennent, et nous n'hésiterons pas à les prendre pour cible", avait menacé le chef des rebelles soutenus par l'Iran.

Le détroit de Bab El-Mandeb, passage étroit entre le Yémen et Djibouti, est situé sur une voie vitale pour le commerce mondial, notamment pour le trafic pétrolier.

De son côté, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a "condamné fermement l'attaque iranienne contre un navire international", dans un communiqué de son bureau.

"Le navire, qui appartient à une société britannique et est exploité par une société japonaise, a été détourné sous la direction de l'Iran par la milice yéménite Houthi", ajoute le communiqué du bureau de M. Netanyahu.

"A bord du navire se trouvent 25 membres d'équipage de diverses nationalités, notamment ukrainienne, bulgare, philippine et mexicaine. Aucun Israélien n’est à bord. Il s'agit d'un nouvel acte de terrorisme iranien et d'un pas en avant dans l'agression de l'Iran contre les citoyens du monde libre, avec des conséquences internationales concernant la sécurité des voies maritimes mondiales", poursuit le communiqué.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mer Rouge : les États-Unis ont abattu 12 drones et 5 missiles tirés par les rebelles Houthis

Gaza : des frappes israéliennes sur un camp de réfugiés font plus de 80 morts, selon le Hamas

L'ONU demande la libération de ses 11 employés arrêtés par les rebelles houthis