Une enquête pour identifier un corps découvert dans l'Angleterre rurale prend une dimension européenne

La grange où vivait l'homme.
La grange où vivait l'homme. Tous droits réservés DIXON Chris/ Hampshire police
Par Joshua AskewEstelle Nilsson-Julien
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Cette histoire vous semble-t-elle familière ? Reconnaissez-vous la personne sur ces images ? Les enquêteurs demandent de l'aide.

PUBLICITÉ

Il y a six ans jour pour jour, des policiers de l'Angleterre rurale ont découvert quelque chose d'inquiétant.

Alors qu'ils fouillaient une grange abandonnée et envahie par la végétation, dans le Hampshire, dans le cadre d'une autre enquête, ils sont tombés sur un corps.

Ce qui restait était "essentiellement un squelette", affirme, à Euronews, Douglas Utting, responsable des crimes graves, estimant que la personne était morte depuis plusieurs années.

Le corps était celui d'un homme caucasien d'une cinquantaine d'années, mesurant entre 1m77 et 1m80, aux cheveux bruns.

Outre du tabac et des papiers à cigarettes, ses restes étaient entourés de vêtements, dont un bonnet et des lunettes, d'un roman policier et d'objets suggérant qu'il "vivait à la dure ou qu'il effectuait une sorte de voyage", explique Douglas Utting.

En dehors de cela, il n'y a pas d'autres indices.

Les agents n'ont trouvé ni passeport, ni permis de conduire, ni aucun autre objet permettant de l'identifier dans la ferme laitière abandonnée de Micheldever, dans le sud de l'Angleterre, où son corps a été découvert.

Il n'y avait pas non plus d'autres signes, tels qu'un tatouage ou des bijoux, qui auraient pu "raccourcir la liste de l'identité de cette personne", déclare Douglas Utting.

Même la cause de sa mort reste un mystère.

Une carte du Hampshire montrant l'endroit où le corps a été retrouvé
Une carte du Hampshire montrant l'endroit où le corps a été retrouvéHampshire police

Là encore, il n'y avait "pas de traumatisme évident, pas d'armes, pas de signes clairs de suicide, comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaires", a indiqué le responsable des crimes graves, bien que les enquêteurs pensent maintenant que l'homme est probablement mort de causes naturelles.

La police du Hampshire s'est alors tournée vers la science, en prélevant des échantillons d'ADN sur sa brosse à dents et ses dents.

Mais ils n'ont toujours rien trouvé. Ils n'ont pas pu établir de correspondance entre son ADN et une personne figurant dans la base de données criminelle du Royaume-Uni ou dans l'unité des personnes disparues.

Au bout du compte, ils ont lancé un appel aux médias, demandant à l'anthropologue, Chris Rynn, de faire une reconstitution faciale à partir de son crâne, et qui a été communiquée aux journaux nationaux, en 2019.

C'est alors que l'histoire a pris une tournure inattendue.

Reconstruction faciale de l'homme
Reconstruction faciale de l'hommeSussex police

Des témoins se sont présentés à Itchen Stoke, un village voisin, et ont déclaré à la police du Hampshire que l'homme avait frappé à leur porte, en 2012 et demandé s'il pouvait planter une tente dans leur champ, parce qu'il était perdu. Ils ont accepté.

Il était "assez échevelé" et parlait "un bon anglais, mais avec un fort accent français", ont rapporté les témoins aux officiers.

Ce soir-là, ils ont partagé un repas et discuté avec lui, même si, compte tenu du temps écoulé, ils ne se souviennent pas très bien de ce qu'il leur a dit.

Incapables de se souvenir de son nom, ils se rappellent qu'il a dit qu'il venait de France et qu'il avait servi dans l'armée en tant qu'appelé, souffrant d'une blessure qui l'a rendu partiellement sourd.

PUBLICITÉ

L'un des témoins, lui-même ancien militaire, a affirmé que l'homme avait une "allure militaire", notamment dans la façon dont il organisait ses affaires.

L'inconnu a également dit aux témoins qu'il avait travaillé pour la célèbre actrice française, Catherine Deneuve, bien que son agence n'ait pas pu le vérifier lorsque la police du Hampshire l'a interrogé.

La raison exacte de sa présence dans le sud de l'Angleterre n'est pas claire.

Affirmant être arrivé récemment, le Français présumé a dit aux témoins qu'il traversait le pays pour se rendre en Irlande afin d'y rencontrer sa petite amie.

Douglas Utting confie que "toutes les options sont ouvertes".

PUBLICITÉ

Des témoins ont affirmé qu'il aurait pu souffrir d'une "maladie mentale", mais l'officier en charge des crimes graves a réagi en affirmant qu'il s'agissait "d'une simple opinion".

"Était-il en fuite ? Il aurait pu l'être, bien sûr, si c'était un criminel et qu'il s'était retrouvé dans la base de données ADN de quelqu'un, nous l'aurions probablement déjà su... Mais qui sait ? Cela fait partie du mystère de cette histoire", ajoute-t-il.

L'homme au bonnet de laine
L'homme au bonnet de laineHampshire Police.

Le lendemain matin, l'homme a fait ses adieux au couple - acceptant à contrecœur leur offre de nourriture et d'argent - et s'est éloigné sur le chemin de campagne "pour ne plus jamais être revu", raconte Douglas Utting.

Forte de ces nouvelles pistes, la police du Hampshire s'est à nouveau tournée vers la science pour tenter de découvrir d'autres indices. Elle a travaillé avec des chercheurs dirigés par le Dr Stuart Black de l'université de Reading, qui a utilisé l'analyse isotopique de ses dents pour déterminer exactement d'où venait l'homme.

Comparant cette analyse à une "empreinte digitale", le Dr Stuart Black a expliqué, à Euronews, que l'émail des dents se forme pendant l'enfance et que les substances chimiques contenues dans les aliments et l'eau que nous consommons s'y impriment, indiquant ainsi le lieu où une personne a été élevée.

PUBLICITÉ

L'analyse du Dr Stuart Black a révélé que l'homme avait probablement passé les 12 premières années de sa vie dans une "grande ville" située quelque part dans "une zone assez vaste du sud-est de la France et de la Corse jusqu'à l'extrême ouest de la Suisse". Son régime alimentaire était également riche en poisson.

"Triste de penser que quelqu'un est mort seul dans une grange sale et froide"

La police du Hampshire a communiqué ces informations aux autorités françaises et à Locate, une organisation bénévole qui s'occupe des cas de disparition non résolus. Mais, leur enquête est depuis dans l'impasse.

Elle demande maintenant l'aide du public.

"Le but de notre appel est de faire passer un message à la population de France, de Suisse romande et de Corse... [et] de poser la question : cette [histoire] évoque-t-elle quelque chose pour quelqu'un ? Cette image vous rappelle-t-elle quelqu'un que vous n'avez pas vu depuis 2012 ?", explique Douglas Utting, de la police du Hampshire.

Il exhorte toute personne à fournir des informations dans ce qu'il a déclaré être la dernière tentative de la police.

PUBLICITÉ
La grange où le corps a été retrouvé
La grange où le corps a été retrouvéHampshire Police / DIXON Chris

"Nous ne pouvons pas faire grand-chose de plus. Demander aux gens en France et en Suisse s'ils peuvent nous aider est vraiment notre dernière chance d'essayer de mettre un nom sur cet homme et de permettre à une famille à qui il pourrait manquer de tourner la page... quelqu'un, quelque part, doit sûrement avoir [des informations]".

"Il est assez triste de penser que quelqu'un est mort dans ces circonstances, seul, dans une grange sale et froide, probablement en hiver, qu'il n'a pas été retrouvé pendant cinq ans et qu'il n'a pas été enterré", confie Douglas Utting.

En dehors du Royaume-Uni, toute personne pensant détenir des informations sur cette affaire peut contacter "Locate International" de manière anonyme en envoyant un courriel à l'adresse suivante : appeals@locate.international.

Au Royaume-Uni, appelez le 101 et demandez à être mis en relation avec le Hampshire & Isle of Wight Constabulary, en mentionnant le numéro de référence 44170467777.

Les personnes intéressées peuvent également soumettre des informations sur le site web de "Locate International" : https://www.hampshire.police.uk/tua/tell-us-about/cor/tell-us-about-existing-case-report/.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un garçon britannique disparu il y a 6 ans en Espagne retrouvé en France

Affaire Maddie : le mystère demeure après les fouilles dans le sud du Portugal

Campagne d'Interpol pour identifier des 22 dépouilles de femmes