Petro Porochenko interdit de quitter l'Ukraine, l'ex-président accusé de servir les intérêts russes

L'ancien président ukrainien Petro Poroshenko, ici à Varsovie le 16 janvier 2021
L'ancien président ukrainien Petro Poroshenko, ici à Varsovie le 16 janvier 2021 Tous droits réservés Piotr Molecki/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien président Ukrainien n'a pas pu quitter l'Ukraine. Les services de sécurité le suspectent d'avoir voulu rencontrer le Premier ministre hongrois opposé à l'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

PUBLICITÉ

Refoulé à la frontière tel un ennemi de la nation. L’ancien président Petro Porochenko s’est vu refuser l’autorisation de quitter l’Ukraine alors qu'il s'apprêtait à voyager en Pologne et aux Etats-Unis pour y parler de la guerre en Ukraine. 

Alors qu'il disposait d'une autorisation de sortie, celle-ci a été annulée in extremis. Les autorités ayant appris entre temps que Petro Porochenko envisageait également de se rendre en Hongrie pour y rencontrer Viktor Orban, le Premier ministre.

Un casus belli pour les autorité ukrainiennes qui considèrent Viktor Orban comme suspect : ce dernier faisant régulièrement l'éloge de Vladimir Poutine et qui surtout refuse de soutenir la candidature de Kyiv à l'adhésion à l'Union européenne.

Pour les services de sécurité ukrainiens, cette visite en Hongrie ferait de Petro Porochenko un "outil entre les mains des services spéciaux russes".

L'ex-président a aussitôt dénoncé ces accusations qu'il considère comme une "attaque contre l’unité" de son pays. Mais il n’a pas encore commenté l’allégation selon laquelle il envisageait de rencontrer Viktor Orban.

Petro Porochenko, 58 ans, qui avait perdu la dernière élection présidentielle de 2019 face à Volodymyr Zelenskyy a été accusé de haute trahison et de corruption, des affaires que ses alliés dénoncent comme étant de nature politique.

En mai 2022, il avait déjà dit avoir été brièvement bloqué à la frontière alors qu'il devait prendre part à l'assemblée parlementaire de l'Otan en Lituanie, avant de finalement avoir pu s'y rendre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : l'ex-président Porochenko devant la justice, accusé de "haute trahison"

Ukraine : la Russie tente de consolider ses positions autour d’Avdiivka

Ukraine : les forces russes poursuivent leurs opérations autour d'Avdiivka