En Pologne, un député d’extrême droite éteint une Menorah à l’extincteur au Parlement

Le chef de la coalition polonaise des forces pro-européennes, Donald Tusk, à Varsovie, le 11 décembre 2023.
Le chef de la coalition polonaise des forces pro-européennes, Donald Tusk, à Varsovie, le 11 décembre 2023. Tous droits réservés WOJTEK RADWANSKI/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président du Parlement a exclu Grzegorz Braun pour cet acte "de racisme, de xénophobie et d’antisémitisme". "Une chose inacceptable a eu lieu, qui ne devrait jamais se reproduire, c’est une honte", s’est indigné le nouveau premier ministre, Donald Tusk.

PUBLICITÉ

Donald Tusk, chef d’une coalition des forces pro-européennes en Pologne, a été élu premier ministre lundi 11 décembre par un vote du Parlement. L’élection de l’ancien président du Conseil européen était quasiment assurée après l’échec du premier ministre sortant.

Plus tôt dans la journée, le nationaliste Mateusz Morawiecki avait présenté au Parlement son discours de politique générale, mais avait perdu aussitôt le vote de confiance par 266 voix contre et 190 favorables, ouvrant ainsi la voie aux alliés de Donald Tusk pour former un nouveau gouvernement.

Même si la coalition de forces pro-européennes a remporté les législatives du 15 octobre, c’est au pouvoir nationaliste sortant que le président Andrzej Duda, son allié, avait d’abord confié la tâche de constituer un gouvernement, retardant de près de deux mois la fin des huit ans du camp nationaliste populiste au pouvoir.

Contexte tendu avec Bruxelles

Désormais élu, Donald Tusk doit présenter mardi son propre discours de politique générale et son gouvernement, et se soumettre immédiatement au vote de confiance, avant de prêter serment mercredi pour achever les procédures requises par la Constitution. Donald Tusk compte ainsi pouvoir représenter son pays au prochain sommet européen, jeudi et vendredi à Bruxelles.

L’élection de Donald Tusk intervient dans un contexte toujours tendu entre Bruxelles et Varsovie. Le Tribunal constitutionnel polonais, sous influence du gouvernement populiste nationaliste battu dans les urnes, a jugé lundi que les astreintes imposées par la justice européenne pour le non-respect des décisions provisoires de la Cour européenne sont contraires à la loi fondamentale.

Le tribunal qui, selon Bruxelles, ne répond plus aux exigences d’indépendance, a jugé que les astreintes imposées à la suite d’une réforme de la justice controversée et à cause du fonctionnement délictueux d’une mine de charbon "sont contraires à la Constitution polonaise".

Un député d’extrême droite éteint une Menorah à l’extincteur au Parlement

Grzegorz Braun, un député d’extrême droite polonais, a été filmé mardi 12 décembre en train de vider un extincteur sur une hanoukkia, chandelier à neuf branches symbole du judaïsme, en plein Parlement.

"Une chose inacceptable a eu lieu, qui ne devrait jamais se reproduire, c’est une honte", a déclaré le nouveau premier ministre polonais, Donald Tusk, à la presse, alors que le président du Parlement a exclu Grzegorz Braun pour cet acte "de racisme, de xénophobie et d’antisémitisme".

La chaîne TVN24 a diffusé des images de Braun avec un extincteur rouge éteignant le feu et provoquant de la fumée ou de la brume dans la zone. Les travaux parlementaires ont été temporairement suspendus. Après l’incident, les bougies ont été rallumées.

Redresser tous les torts

Grzegorz Braun, membre prorusse de Konfederacja ("la confédération"), a par le passé affirmé qu’il existait un complot visant à transformer la Pologne en un "Etat juif".

En octobre, la coalition polonaise proeuropéenne a remporté la majorité parlementaire, battant les populistes du parti Droit et justice (PiS) et de Konfederacja (extrême droite) réunis. Dans son discours prononcé mardi devant les députés, Donald Tusk, qui vient d’être élu au poste de premier ministre, a appelé le monde à "une mobilisation totale" en faveur de l’Ukraine face à l’offensive russe et a assuré d’œuvrer "de manière efficace en faveur de Kyiv".

Décrivant l’administration nationaliste sortante comme des années de "ténèbres", M. Tusk a déclaré lundi que son gouvernement s’efforcerait de "redresser tous les torts".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne obtient le feu vert de l'UE pour le premier versement des fonds de relance, d'une valeur de 5 milliards d'euros

Pologne : la gauche dépose des projets de loi pour légaliser l'avortement

Des agriculteurs polonais manifestent à Varsovie