"Je sais que je suis clean" : la joueuse de tennis Simona Halep évoque le scandale du dopage

"Je sais que je suis clean" : la joueuse de tennis Simona Halep évoque le scandale du dopage
Tous droits réservés euronews
Par Tokunbo Salako
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Euronews s'est entretenue avec Simona Halep, ancienne numéro un mondiale du tennis, alors qu'elle attend les conclusions du Tribunal Arbitral du Sport sur un scandale de dopage qui, elle le reconnaît, pourrait mettre un terme à son illustre carrière.

PUBLICITÉ

Simona Halep s'est hissée au sommet du tennis mondial, remportant au passage deux titres du Grand Chelem. Mais aujourd'hui, elle doit faire face à la plus grande bataille de sa vie, après avoir été reconnue coupable d'avoir pris des médicaments pour améliorer ses performances. Nous l'avons interviewée à Paris.

"C'était lourd pour mes épaules"

Tokunbo Salako, Euronews :

"Cela a été une année particulière pour vous, une année sans jouer. Décrivez-moi, si vous le pouvez, votre état d'esprit en ce moment ?"

Simona Halep, championne de tennis roumaine :

"Cela fait déjà plus d'un an et chaque jour, je me suis sentie mal, très éprouvée, blessée parce que je sais que je n'ai rien fait de mal et que je sais que je suis clean. Donc ça a été un choc lorsque j'ai reçu la lettre m'informant que mon test d'urine, uniquement le test d'urine, s'était révélé positif, avec, en réalité, une quantité extrêmement faible de substance interdite. J'ai toujours été contre le dopage et j'en ai aussi toujours parlé haut et fort, donc cela ne m'a jamais traversé l'esprit de toute ma vie de faire une chose pareille. Donc, ça a été un choc. J'ai eu du mal à gérer la partie émotionnelle parce que c'était très lourd pour mes épaules et le fait de voir autant de communication là-dessus, cela a vraiment affecté ma santé mentale, c'est clair."

"Le soutien a été extraordinaire"

Tokunbo Salako :

"Vous avez reçu énormément de soutien sur internet, ce qui n'est pas surprenant, car vous êtes l'une des stars du sport les plus populaires au monde, mais vous avez aussi eu de nombreux détracteurs. Comment avez-vous réagi ?"

Simona Halep :

"Le soutien a été extraordinaire. Les fans m'ont soutenue de manière inconditionnelle, ce qui signifie beaucoup. Cela signifie beaucoup de voir le soutien des gens. Même si je suis confrontée au pire moment de ma vie en tant qu'athlète, je sais que je suis clean. J'ai reçu des tonnes de messages, des messages de soutien, et, le plus important, c'est que je n'ai jamais eu affaire à une personne qui m'ait dit quelque chose de négatif. Tous les messages étaient positifs et cela m'a donné la force de continuer à me battre chaque jour, pour laver mon nom et montrer que je n'ai rien fait de mal. Les joueuses, qui sont mes adversaires, m'ont également montré leur soutien, ce que j'ai vraiment apprécié, car cela signifie beaucoup. Nous nous affrontons sur le court, mais quand vous êtes dans la pire situation, elles sont là et vous soutiennent. Les légendes également. Les légendes du tennis m'ont beaucoup soutenue et elles ont aussi parlé de moi de manière publique, ce qui signifie beaucoup. Elles m'ont soutenue sans réserve et c'est formidable, c'est énorme. Tout cela m'aide à rester forte en ces temps difficiles et à me battre pour laver mon nom."

"Je n'ai pas eu pour intention de tricher dans le tennis"

Tokunbo Salako :

"L'Agence internationale pour l'intégrité du tennis a également indiqué que trois groupes d'experts différents avaient affirmé que vous aviez pris intentionnellement des substances destinées à améliorer vos performances. Quelle sera votre défense ?"

Simona Halep :

"Oui, c'est ce qu'ils ont dit. Mais il est très clair qu'il s'agissait d'une contamination. Trois jours avant le test d'urine positif, j'étais négative pour le sang et l'urine. On m'a donc dit dès le début qu'il s'agissait d'une quantité extrêmement faible de cette substance interdite, et que, pendant ces trois jours, je n'avais pas pu me doper. Je n'avais pas l'intention et je n'ai jamais eu l'intention de faire quelque chose de mal ou de manquer de respect à ce sport, parce que j'ai respecté toutes les règles et que j'ai consacré ma vie à ce sport. Mes principes ne sont pas comme ça, donc je n'ai pas eu pour intention de tricher dans le tennis. Il y a deux choses : premièrement, la contamination - je pense qu'elle est très forte dans mon cas - et deuxièmement, les analyses sanguines. J'ai fait beaucoup, beaucoup de tests et tous étaient négatifs. Ils n'ont jamais rien trouvé d'anormal dans mon sang. Donc, du fait de ces deux éléments, je me sens en confiance pour affronter le Tribunal Arbitral du Sport."

Tokunbo Salako :

"Mais avez-vous confiance dans le processus ?"

Simona Halep :

"Oui, je pense que c'est beaucoup trop long d'attendre pour un athlète, un athlète professionnel. J'ai accepté que je ne pouvais rien faire contre cela et maintenant, j'attends avec impatience le mois de février quand j'aurai enfin la décision finale."

"J'aurais aimé que [Patrick Mouratoglou] s'exprime un peu plus tôt"

Tokunbo Salako :

PUBLICITÉ

"Des critiques ont été formulées à votre encontre, certaines ont aussi visé votre équipe, Patrick Mouratoglou, qui est peut-être l'entraîneur de tennis le plus connu au monde. Il a fait une déclaration le mois dernier et indiqué qu'il reconnaissait sa responsabilité, en disant : "Oui, notre équipe s'est trompée. Vous aviez ce collagène contaminé." Comment sont vos relations avec lui aujourd'hui ?"

Simona Halep :

"Il est vrai qu'il s'est exprimé publiquement. J'aurais aimé qu'il le fasse un peu plus tôt. J'ai cessé de travailler avec son Academy depuis un certain temps déjà. Quand je me suis retrouvée dans cette situation, c'était difficile à gérer parce que j'ai toujours fait confiance à mes équipes, à mes équipes précédentes et à tous ceux avec qui je travaille, parce que j'avais le sentiment qu'en faisant confiance, on avait plus de chances de donner le meilleur de soi-même. J'ai toujours été ouverte à l'apprentissage. C'est pour cela qu'on engage des gens, parce qu'on a besoin d'informations, on a besoin de s'améliorer. J'ai donc toujours eu confiance en cela et ma confiance est un peu ébranlée en ce moment. Et, à l'avenir, je ne sais pas comment cela se passera, si je pourrai à nouveau faire confiance. Je dois probablement en tirer des leçons parce que c'est le principe que j'applique dans la vie : si l'on engage une personne et l'on travaille avec elle, on doit lui faire confiance."

Tokunbo Salako :

"Et quand vous êtes-vous parlés pour la dernière fois ?"

PUBLICITÉ

Simona Halep :

"Ce n'était pas très récemment, c'était il y a quelques mois."

La championne de tennis roumaine Simona Halep répond à Tokunbo Salako d'Euronews à Paris
La championne de tennis roumaine Simona Halep répond à Tokunbo Salako d'Euronews à ParisEuronews

Selon la joueuse, ce serait la fin de sa carrière si sa suspension de quatre ans était maintenue

Tokunbo Salako :

"Si le Tribunal arbitral rend une décision qui vous est défavorable, cela marquera-t-il la fin de votre carrière ?"

Simona Halep :

PUBLICITÉ

"Je pense que oui, parce que, quatre ans, ce sera beaucoup, pour mon âge en tout cas, et pour une athlète qui fait cela tous les jours depuis 25 ans et qui a consacré sa vie au tennis et au sport. Je ne sais pas comment cela va se passer, mais ce serait catastrophique si c'est quatre ans et je ne sais pas comment je gérerais cela. Ce sera probablement la fin de ma carrière, oui. Et pour quelque chose que je n'ai pas fait et qui n'est pas de ma faute, c'est encore plus catastrophique."

"Les enfants doivent avoir de grands rêves"

Tokunbo Salako :

"Vous restez une héroïne nationale dans votre Roumanie natale et au-delà, c'est certain. Quel message adressez-vous aux jeunes ?"

Simona Halep :

"La seule chose que je puisse dire aux enfants, c'est qu'ils doivent avoir de grands rêves. Je pense que c'est la chose la plus importante, de vous imaginer avec les grands trophées. Bien sûr, on ne sait jamais ce qui va se passer dans la vie, mais si vous vous consacrez au sport, si vous êtes discipliné, si vous travaillez dur et si vous avez la passion, la grande passion pour ce sport, je pense que vous serez capable, un jour, de soulever ces trophées. Je l'ai fait et je peux partager cela avec eux. Ils doivent avoir le courage de se faire confiance et d'aller de l'avant. Je sais que certains jours sont difficiles parce qu'on n'a pas envie d'y aller. On est fatigué, épuisé, parfois déprimé. Mais si vous vous forcez et que vous allez sur le court ces jours-là, c'est un pas énorme. Je leur souhaite bonne chance et de se faire confiance, d'avoir confiance en eux."

PUBLICITÉ

Les JO de Paris ? "Ce serait incroyable de revenir sur le court, c'est mon rêve"

Tokunbo Salako :

"Avant de vous laisser partir, si nous nous tournons vers l'avenir et que la décision du Tribunal Arbitral du Sport vous est favorable, serez-vous de retour à Paris, peut-être pour les Jeux olympiques ?"

Simona Halep :

"Oui, bien sûr, c'est mon rêve ! Je sais qu'il n'y a pas beaucoup de chances que cela arrive, mais j'en rêve parce que Paris est la ville de mes rêves. J'ai gagné Roland-Garros quand j'étais junior, donc tout a commencé très tôt, et ce sera incroyable de revenir sur le court, quoi qu'il arrive, mais je veux juste être sur le court parce que c'est ma place et je sens que j'ai envie de recommencer."

Journaliste • Tokunbo Salako

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tennis : Simona Halep réfute les accusations de dopage

Tennis : la Roumaine Simona Halep suspendue pour dopage promet de se battre

Les violences faites aux femmes, enjeu majeur du G20