Élections en Serbie : la contestation des résultats au coeur des manifestations

L'opposition en Serbie dénonce les résultats des dernières élections législatives.
L'opposition en Serbie dénonce les résultats des dernières élections législatives. Tous droits réservés Darko Vojinovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'opposition serbe dénonce les résultats truqués des élections législatives de dimanche et appelle à une annulation du scrutin.

PUBLICITÉ

De nouveaux scrutins seront organisés dans une trentaine de bureaux en Serbie face à la contestation des législatives de dimanche, qui ont vu la victoire du parti nationaliste au pouvoir, sur fond d'accusations de fraude balayées par le président.

La Commission électorale serbe a décidé mercredi que les électeurs retourneront aux urnes dans seulement 30 des 8 000 bureaux de vote le 30 décembre, selon un communiqué publié par la chaîne de télévision publique RTS. Ce nouveau scrutin concerne principalement les zones rurales.

Cette annonce intervient après deux jours de manifestations qui ont vu plusieurs milliers de personnes se rassembler devant la commission électorale à Belgrade pour contester le résultats des élections, dont est sorti vainqueur le parti présidentiel (SNS, droite nationaliste) avec 46,7% des voix.

L'opposition, unie sous la bannière "Serbie contre la violence" et totalisant 23,5% des voix, dénonce des fraudes depuis dimanche.

Des allégations en partie confirmées par un rapport préliminaire de la mission internationale d'observation, menée par l'OSCE, le Parlement européen et le Conseil de l'Europe.

Le scrutin s'est globalement "déroulé sans problème, mais il a été marqué par des cas isolés de violence, des irrégularités de procédure et de fréquentes allégations d'organisationet de transport d'électeurs pour soutenir le parti au pouvoir lors des élections locales", affirment-ils.

"D'autres cas d'irrégularités graves, notamment des achats de voix et des bourrages d'urnes" ont été observés.

Suspicion de fraude à Belgrade

Selon la coalition d'opposition, "plus de 40 000 personnes" ont voté dans la capitale - où se tenaient aussi des élections locales - sans en être résidents, transportées par bus depuis la Republika Srpska, l'entité serbe en Bosnie voisine.

Or, si les Serbes de Bosnie qui ont la double nationalité ont le droit de participer aux élections nationales, ils ne peuvent voter aux élections locales.

Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux dimanche affirmaient montrer l'arrivée d'électeurs dans l'un des stades de la ville, où il leur était indiqué dans quels quartiers ils devaient aller voter.

Le président Aleksandar Vucic a balayé mercredi ces accusations, affirmant que le scrutin avait été "pacifique et civil".

Dans une vidéo postée sur Instagram, M. Vucic affirme : "Ils savent très bien que seul un petit nombre de personnes ont voté, conformément à la loi de ce pays (...) comme l'ont confirmé les contrôleurs dans les bureaux de vote. De manière pacifique, civile et comme il sied à des personnes responsables".

"Je veux aussi vous dire de ne pas vous inquiéter", conclut le président dans son message,"au nom des citoyens de Serbie, au nom de notre nation tout entière, je veux vous le dire, et le dire à tous les Serbes: nous défendrons la volonté électorale du peuple et cela ne fait aucun doute".

Aleksandar Vucic, sans être candidat, a été de toutes les affiches de campagne pour le SNS.

Née dans le sillage des manifestations monstres qui ont secoué le pays en mai, après la mort de 19 personnes dans deux fusillades - dont une dans une école primaire -, la coalition "Serbie contre la violence" n'a eu de cesse de dénoncer une campagne biaisée.

La campagne a été entachée par "une rhétorique violente, des médias biaisés, des pressions sur les employés du secteur public et une utilisation abusive des ressources publiques", le tout sur fond "d'implication décisive du président", Aleksandar Vucic, offrant à son parti "un avantage indu", ont ainsi relevés les observateurs.

Mercredi, devant à nouveau quelques centaines de personnes venues manifester, Miroslav Aleksic, l'un des candidats d'opposition, a affirmé que les avocats de la coalition allaient demander l'annulation des élections "à tous les niveaux, donc dans toute la Serbie", dénonçant un scrutin "illégitime, et volé".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives en Serbie: des opposants annoncent un blocage des rues de Belgrade

Élections en Serbie: des "achats de voix" observés, la victoire du camp présidentiel confirmée

Serbie : l'opposition dénonce des fraudes électorales pendant les législatives de dimanche