Kyiv et Moscou procèdent à un important échange de prisonniers

Les prisonniers de guerre ukrainiens après un échange de prisonniers près de Soumy, en Ukraine, le mercredi 3 janvier 2024.
Les prisonniers de guerre ukrainiens après un échange de prisonniers près de Soumy, en Ukraine, le mercredi 3 janvier 2024. Tous droits réservés Ukrainian Presidential Press Office via AP
Par Somaya Aqad, AP, Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie et l'Ukraine ont procédé mercredi au plus important échange de prisonniers depuis le début de l'invasion russe, en février 2022.

PUBLICITÉ

Les autorités ukrainiennes ont déclaré que 230 prisonniers de guerre ukrainiens étaient rentrés chez eux lors du premier échange en près de cinq mois. De son côté, le ministère russe de la Défense a déclaré que 248 militaires russes avaient été libérés dans le cadre de l'accord parrainé par les Émirats arabes unis.

Un échange sous l'égide des Émirats arabes unis

Le ministère des affaires étrangères des Émirats arabes unis a attribué la réussite de l'échange aux "solides relations d'amitié entre les Émirats arabes unis avec la Russie et l'Ukraine, soutenues par des appels au plus haut niveau".

Le médiateur ukrainien pour les droits de l'homme, Dmytro Lubinets, a déclaré qu'il s'agissait du 49e échange de prisonniers pendant la guerre.

Plusieurs Ukrainiens étaient détenus depuis 2022. Parmi eux, se trouvaient certains de ceux qui ont combattu lors de batailles importantes comme dans la ville de Marioupol.

Les deux pays intensifient leurs frappes

Mercredi, la Russie a déclaré avoir abattu 12 missiles tirés sur la région frontalière de Belgorod.

La situation dans la capitale régionale "reste tendue", a déclaré le gouverneur de la région, Vyacheslav Gladkov, sur Telegram.

"Les systèmes de défense antiaérienne ont fonctionné", a-t-il ajouté, promettant plus de détails sur les dommages éventuels.

L'Ukraine a tiré deux missiles Tochka-U et sept roquettes sur la région mardi, puis six missiles Tochka-U et six roquettes Vilkha mercredi, selon le ministère russe de la Défense.

Lundi, le président russe Vladimir Poutine s'est emporté contre les attaques de Belgorod. "Ils veulent nous intimider et créer de l'incertitude dans notre pays", a-t-il déclaré, promettant d'intensifier les représailles.

De nombreux blogueurs militaires russes ont regretté que Moscou se soit retiré de la zone frontalière en septembre 2022 à la suite d'une contre-offensive rapide de Kyiv, et ils ont affirmé qu'il fallait s'emparer de davantage de territoires pour sécuriser Belgorod et d'autres zones frontalières.

La Russie a récemment intensifié ses attaques contre les villes ukrainiennes, notamment en utilisant des missiles Kinjal qui peuvent voler à une vitesse 10 fois supérieure à celle du son.

Les forces du Kremlin semblent viser l'industrie de la défense ukrainienne, a déclaré mercredi le ministère britannique de la Défense. L’assaut a incité les responsables de Kyiv à demander à leurs alliés occidentaux de fournir un soutien supplémentaire en matière de défense aérienne.

L'Otan a annoncé mercredi qu'elle aiderait les pays membres à acheter jusqu'à 1 000 missiles guidés surface-air Patriot dans le cadre d'un accord qui pourrait coûter environ 5,5 milliards de dollars. Cela pourrait permettre aux membres de l'alliance d'envoyer davantage de leurs propres systèmes de défense à l'Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment renforcer la défense aérienne ukrainienne ?

Ukraine : Kyiv accuse Moscou de prendre délibérément pour cible des civils

Ukraine : des frappes russes sur Kyiv et Kharkiv font au moins quatre morts