La guerre entre Israël et le Hamas va-t-elle s'étendre à toute la région ?

Des combattants du groupe militant libanais Hezbollah effectuent un exercice d'entraînement à Aaramta, dans le district de Jezzine, au sud du Liban, en mai 2023.
Des combattants du groupe militant libanais Hezbollah effectuent un exercice d'entraînement à Aaramta, dans le district de Jezzine, au sud du Liban, en mai 2023. Tous droits réservés AP Photo/Hassan Ammar/File
Par Saskia O'Donoghue
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les combats à Gaza ont déjà provoqué une recrudescence de la violence au Moyen-Orient, mais la situation pourrait-elle s'aggraver ?

PUBLICITÉ

Samedi, le Hezbollah a tiré des roquettes sur Israël après la mort du chef politique adjoint du Hamas, Saleh Arouri, à Beyrouth.

Mais s'agit-il d'une action ponctuelle ou du début d'une action de plus grande envergure ?

L'attaque à la roquette du Hezbollah contre le nord d'Israël est intervenue un jour après que son chef, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré que le groupe militant devait riposter à l'assassinat de Saleh Arouri.

Si le Hezbollah ne riposte pas, c'est tout le Liban qui serait vulnérable aux attaques israéliennes, a-t-il averti.

Israël a répondu aux attaques du Hezbollah de samedi en lançant ses avions de chasse sur le Sud-Liban, ravivant ainsi les craintes d'un conflit régional.

Toutefois, certains observateurs affirment que la dernière chose que le Hezbollah - et le Liban dans son ensemble - souhaite, c'est que les combats sanglants entre Israël et le Hamas débordent à l'intérieur de ses frontières.

"Le Hezbollah n'a aucun intérêt à voir Israël intensifier le conflit au Liban et ne lui donnerait donc pas l'occasion de le faire", explique à Euronews le Dr Bashir Saade, professeur de politique et de religion à l'université de Stirling.

"L'assassinat d'Arouri n'est pas du tout un revers pour le Hezbollah", poursuit-il, "les dirigeants des groupes de résistance sont pris pour cible depuis des décennies et cela n'a pas affecté la capacité du Hezbollah ou d'autres à opérer".

Pourtant, d'autres considèrent les tirs de roquettes comme une escalade transfrontalière.

Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré plus tôt qu'Israël était "prêt à faire face à n'importe quel scénario", ce qui laisse entendre que le pays n'exclut rien.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avant sa rencontre avec le président turc Tayyip Erdogan, samedi.
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avant sa rencontre avec le président turc Tayyip Erdogan, samedi.Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP

Washington s'inquiète de l'escalade régionale.

Le week-end dernier, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a entamé sa quatrième tournée diplomatique au Moyen-Orient.

L'administration Biden estime que l'influence de pays régionaux comme la Turquie pourrait atténuer les craintes d'une escalade, Antony Blinken ayant rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan samedi.

Les tensions s'intensifient entre la Turquie et Israël. Samedi, un tribunal d'Istanbul a ordonné que 15 des 34 personnes détenues, soupçonnées d'espionnage pour le compte d'Israël, soient maintenues en prison.

Le Hezbollah est-il un danger pour Israël ?

Depuis que les combats ont éclaté à Gaza le 7 octobre, des affrontements entre les forces israéliennes et le Hezbollah sont signalés quotidiennement.

Mais, même en cas d'escalade, dans quelle mesure le Hezbollah représente-t-il une menace pour Israël ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'histoire entre les deux parties est tumultueuse.

En 2006, le Hezbollah a déclenché une guerre d'un mois après avoir capturé deux soldats israéliens. Plus de 1 000 Libanais et 150 Israéliens ont été tués.

PUBLICITÉ

Le groupe politique et militant chiite aurait joué un rôle important dans la création du "métro de Gaza", un vaste réseau de tunnels construits par le Hamas dans toute l'enclave.

On pense qu'ils ont été conçus par le commandant du Hezbollah, Imad Mughnieh, aux côtés du commandant iranien Qasem Soleimani, qui a été tué lors d'une frappe aérienne américaine sur Bagdad en 2020.

La mort de Saleh Arouri - photographié ici en 2018 - a vu le Hezbollah répliquer contre Israël.
La mort de Saleh Arouri - photographié ici en 2018 - a vu le Hezbollah répliquer contre Israël.Mohammad Austaz/Hamas Media Office

Le Premier ministre libanais a accusé Israël d'essayer de l'"entraîner" dans une guerre régionale, et - comme Bashir Saade le déclare à Euronews - c'est un scénario tout à fait possible.

"Israël pourrait chercher à convaincre les Etats-Unis d'une escalade régionale. En provoquant les groupes opposés à s'engager dans toute forme d'action qui pourrait donner à Israël et aux Etats-Unis la justification de le faire", explique-t-il.

Toutefois, Bashir Saade émet une mise en garde.

PUBLICITÉ

Bien que le Hezbollah ait déclaré que les roquettes tirées samedi étaient une "réponse initiale" à l'assassinat du responsable du Hamas, il estime que le groupe aurait des difficultés à entraîner la région dans une guerre plus vaste.

"Le Hezbollah est sans aucun doute l'acteur le plus puissant au Liban, mais il ne peut pas "contrôler" le Liban, comme certaines parties peuvent le penser. Il doit nouer des alliances, faire des compromis avec différents programmes et orientations politiques. Jusqu'à présent, je ne vois pas de raison de s'inquiéter", affirme Bashir Saade.

Néanmoins, des tensions régionales croissantes se font sentir au Moyen-Orient.

Cette photo publiée par le Houthi Media Center montre un hélicoptère des forces houthies s'approchant du cargo Galaxy Leader en novembre.
Cette photo publiée par le Houthi Media Center montre un hélicoptère des forces houthies s'approchant du cargo Galaxy Leader en novembre.Houthi Media Center via AP

Les rebelles houthis, basés au Yémen, ont mené au moins 23 attaques contre des navires en mer Rouge depuis le 19 décembre. Ils affirment attaquer des navires israéliens ou à destination d'Israël pour soutenir les Palestiniens.

Les États-Unis et douze de leurs alliés ont adressé un dernier avertissement aux rebelles, leur demandant de cesser leurs attaques sur cette voie maritime importante pour le commerce mondial, sous peine d'une éventuelle action militaire ciblée.

PUBLICITÉ

Ils espèrent que cet avertissement suffira à les dissuader de recourir à la violence.

"Les États-Unis ne cherchent pas le conflit avec une nation ou un acteur du Moyen-Orient, et nous ne voulons pas non plus que la guerre entre Israël et le Hamas s'étende dans la région", a déclaré la semaine dernière le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Kirby.

"Mais nous ne reculerons pas non plus devant la tâche de nous défendre, de défendre nos intérêts, nos partenaires ou la libre circulation du commerce international", ajoute-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quels seront les principaux risques géopolitiques en 2024 ?

Israël : des tirs de missiles lancés depuis le Liban font un mort et plusieurs blessés

Une délégation du Hamas au Caire pour négocier les conditions d'un cessez-le-feu